Accueil Société Lutte contre corruption: le gouvernement se jette à l’eau

Lutte contre corruption: le gouvernement se jette à l’eau

PARTAGER
©DR.

La campagne de  sensibilisation  sur la corruption lancée le 11 novembre dernier à l’auditorium de l’immeuble Arambo, à l’initiative de la CNLCEI, commission nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, a jeté les bases d’une guerre sans merci contre la corruption en République Gabonaise, une guerre à laquelle compte prendre une part active, le gouvernement.

La cérémonie d’ouverture a vu la présence et la  participation  d’hôtes de marque notamment, le premier Ministre Julien Nkoghe Bekale qui lors de son laïus, a marqué une insistance sur l’impérieuse nécessité  d’éteindre certains comportements dans les administrations, comportements qui en réalité sont une gangrène pour la société ; allusion faite singulièrement à la corruption décriée par le Chef de l’Etat : le tout n’étant pas de se limiter aux discours mais de durcir les actions de répressions. Une machine doit donc être mise en marche pour atteindre les objectifs visés et dont la matérialisation tarde à venir et à être vue tant par les gouvernants que par la population   et pour cela, il faut « l’efficacité réelle et non des effets d’annonce » a dit Nkoghe Bekale.

Les corrompus et les corrupteurs ne semblent pas être inquiétés, ce qui justifierait la montée fulgurante du phénomène et à ce niveau, le président de la CNLCEI, Nestor Mbou a invité le gouvernement et les partenaires au développement à sévir pour couper les racines de cette gangrène ; des propos à juste titre « analysés » par le Représentant-Résident du Système des Nations Unies intervenant pour le compte du PNUD, le Dr Stephen Jackson présent à cette rencontre.

La campagne de sensibilisation lancée, le gouvernement se jette à l’eau en déclarant par la voix de son chef, que son équipe et lui iront déclarer leurs biens dès les tous prochains jours auprès de la CNLCEI ; non sans inviter  le plus grand nombre à emboiter le pas en vue d’éradiquer la corruption du Gabon.

Rappelons que la première phase se déroulera dans les provinces de l’Estuaire, du Moyen-Ogooué et du Woleu-Ntem.

JB

PARTAGER