Accueil Société Logements de Bikélé : les acquéreurs ne lâchent rien

Logements de Bikélé : les acquéreurs ne lâchent rien

PARTAGER
Les acquéreurs lors du sit-in au ministère de l'habitat/gabonreview.

 Ils ont pris d’assaut hier 17 octobre le ministère de l’Habitat pour revendiquer à nouveau leurs droits en qualité d’acquéreurs des logements de Bikélé. Fatigué d’attendre, le collectif s des acquéreurs et clients de la société nationale des logements sociaux a décidé d’occuper les logements de Bikélé dès le 07 novembre prochain.

Atmosphère inhabituel le 17 octobre dernier au ministère de l’Habitat où le collectif des acquéreurs des logements de Bikélé ont fait un sit-in, ce cinq jours après l’assemblée générale. Pour le collectif, qui estime avoir été floué par la Société nationale des logements sociaux, la le temps n’est plus à la parole, mais aux actes. Ainsi, a-t-il décidé, dès le 07 novembre prochain, il ambition d’occuper les logements de Bikélé.  . «Comme nous l’avions annoncé lors de notre assemblée générale du 14 octobre, nous devions initier un sit-in au ministère afin d’attirer l’attention du ministre de l’Habitat et lui signifier que nous rentrerons dans les maisons à compter du 7 novembre prochain», a déclaré le président du collectif, et d’ajouter que  «nous attendons depuis quatre ans et nous disons trop c’est trop ! Certains ont payé les maisons, d’autres ont fait des avances et cet argent a été encaissé par la Société nationale de logements sociaux»,.

Il faut dire bien avant ces réactions qui pourraient choquer certains, le collectif par la voix de son président indique avoir organisé des démarches. Malheureusement regrette  Klaus Oleri, celles-ci n’ont abouti à rien.  «Dès la prise de fonctions de l’actuel ministre de l’Habitat, nous l’avons rencontré aux fins de lui présenter la situation. Il nous a demandé d’aller travailler avec la SNLS et de lui faire le point. Ce que nous avons fait. Or, rien n’a avancé depuis et nous sommes donc là au ministère pour relancer la machine».

Pensant lors de ce sit-in au ministère de l’Habitat trouver le maitre des lieux Michel Menga, mais ce dernier n’était absent.

Il faut dire et certainement pour éviter des tensions, le collectif et la SNLS indiquent avoir trouvé un accord. Celui-ci a pour ambition de permettre aux acquéreurs d’accéder aux logements bien n’étant toujours pas habitables.

PARTAGER