Accueil Société Logement: La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et ses appartements aux...

Logement: La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et ses appartements aux coûts interdits

PARTAGER
(c)internet.

L’entreprise publique qui s’est lancée dans un programme de construction d’appartements vient d’en lancer la vente. Deux moyens ont été choisis : l’achat direct ou la location-vente. Mais quel qu’en soit le moyen, ces logements sont plus destinés à des cadres qu’à  »toutes les couches sociales », comme ils le disent dans leurs communiqués.

220 appartements, c’est ce que met en vente la Caisse des dépôts et consignations (CDC) dans la commune d’Akanda. Il s’agit d’appartements exclusifs de 2 chambres et de 3 chambres. La CDC se positionne ainsi comme un partenaire de premier ordre des pouvoirs publics dans la production des logements. Le seul hic réside dans le prix de ces logements. Le prix total des appartements en location-vente est en effet de 63 millions CFA pour un F3 ( »deux-chambres »), et à 99 millions CFA pour un F4 ( »trois-chambres ») !

Des coûts exorbitants, même pour un cadre moyen de la Fonction publique. Après une avance de 2,5 millions CFA, celui-ci doit payer un loyer mensuel 350.000 FCFA pour un appartement de deux chambres pendant quinze ans. Concernant les appartements de 3 chambres, son acquéreur doit pouvoir fournir environ 3 millions de francs comme avance, et payer un loyer mensuel de 550.000 francs pendant quinze ans !

63 millions CFA pour un F3, 99 millions pour un F4 !

A 63 millions CFA pour les deux-chambres, et à 99 millions CFA pour les 3 chambres, il ne s’agit pas de logements sociaux, mais plutôt de logements haut standing. Venant d’une entreprise d’Etat, de tels coûts sont incompréhensibles. Ses responsables auraient été plus clairs en disant qu’ils ont fait construire ces logements pour leurs cadres-maison, et non pour  »toutes les couches de la société ». Pour pouvoir régler un crédit de 350.000 francs mensuels, il faut avoir un salaire d’environ 1 million CFA. Qui sont les  »couches » qui disposent de tels émoluments ? Très peu dans l’administration générale, en tout cas.

La politique de construction de logements de la CDC est à saluer, car elle vise à traduire en actes concrets les engagements pris par le Gouvernement devant le déficit criard de logements au Gabon. Mais il faut le dire, ces logements ne sont pas accessibles au  »plus grand nombre ». Il va falloir que les agents publics ou les travailleurs de catégorie moyenne dans le secteur privé attendent plutôt les prochains programmes de construction de logements de la Société nationale immobilière (SNI) ou de la Société nationale des Logements sociaux (SNLS), voire ceux qu’envisage d’édifier, à bas coûts, la Société nationale des hydrocarbures (SNH-GOC) à Libreville et ses environs.

On n’est pas sorti de l’auberge.

M.N

 

 

PARTAGER