L’Office Pharmaceutique National en fumée. Piste criminelle ou vétusté des locaux ?

L’Office Pharmaceutique National en fumée. Piste criminelle ou vétusté des locaux ?

363
0
PARTAGER
Ce qui reste de l'office pharmaceutique/DR

Un incendie d’une violence inégalée a ravagé les  locaux de l’Office Pharmaceutique National dans la nuit du 26 au 27 mai dernier. C’est des milliers de médicaments qui ont été  réduits en cendres.  L’origine de cette catastrophe  proviendrait de deux hypothèses: la vétusté des installations électriques et une piste criminelle.

 Plusieurs milliers de médicaments réduits en fumée. C’est la triste conséquence de l’incident qui a ravagé l’Office Pharmaceutique National, situé à Oloumi (5ème arrondissement de Libreville),, dans la nuit du 26 au 27mai dernier. Selon certaines informations recueillies au lieu du sinistre, le feu se serait déclaré aux environs de 3 heures du matin surprenant les travailleurs de la dite société et les badauds. Ces derniers  ne pouvant pas lutter contre les flammes, s’en sont remis aux sapeurs pompiers arrivés un peu plus tard pour éteindre les flammes, qui avaient quasiment tout ravagé. 

Les causes de cet incendie restent encore  inconnues. Mais certains  témoignages recueillis sur place, notamment les agents de cette structure,  font référence  à deux hypothèses : la  piste criminelle ou un court-circuit due à la vétusté des installations électriques.

Ici, la question qui a lieu de se poser, est de savoir,  pourquoi une structure qui fournit les médicaments dans  le pays entier, n’est pas surveillée ? 

 L’Office Pharmaceutique National, est la structure  qui ravitaille les pharmacies du pays entier en médicaments,  ce sinistre est bien là un coup dur pour les pharmacies et plusieurs structures sanitaires de service public.

Un malheur n’arrivant jamais seul: à la grève générale qui secoue les hôpitaux du secteur public, est venue se greffer la rareté des médicaments dans le pays, provoquée par cet incendie d’une rare violence.  

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE