L’Institut Nestlé Nutrition en Afrique aide à lutter contre la mortalité infantile...

L’Institut Nestlé Nutrition en Afrique aide à lutter contre la mortalité infantile au Gabon

108
0
PARTAGER
Un bébé consommateur des produits Nestlé

Oyem, Gabon –Marie Josée Ngwa, 52 ans et30 ans d’expériences, est Major du Service de néonatalogie au Centre Hospitalier Régional d’Oyem. Au quotidien, elle pratique des actes qui conduisent à ce qu’elle appelle « le plus grand miracle », donner la vie. Malheureusement, quelques fois il peut y avoir des complications.« Assister une femme dans le processus de procréation est une charge exaltante. Mais il est difficile de lire la tristesse dans le regard des parents qui perdent un nouveau-né. Malgré un très bon taux de visites prénatales dans notre pays – plus de 90% des femmes enceintes, des bébés décèdent encore à la naissance des suites d’asphyxie, d’infection ou de prématurité », nous a confié Mme Ngwa.

Depuis 2012, l’Institut Nestlé Nutrition en Afrique organise des programmes de réanimation néonatale pour former les professionnels de la santé, comme les pédiatres, généralistes, personnel infirmier et sages-femmes, à sauver la vie de nouveau-nés en détresse respiratoire.

Le 1er avril dernier, l’Institut a organisé un tel atelier de formation dans la ville d’Oyem au Gabon au bénéfice de25 infirmiers et sages-femmes de la région du Woleu-Ntem. La formation a permis à ces professionnels d’apprendre des interventions simples, comme le séchage, le réchauffement, le dégagement des voies respiratoires, l’activation de la respiration et la ventilation par ballon et masque pendant la première minute, qui permettent de sauver la vie des nourrissons.

Mortalité néonatale

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près d’un quart des décès mondiaux de nouveau-nés sont causés par une asphyxie à la naissance. Il s’agit de l’une des trois premières causes de décès néonataux. Selon l’enquête EDS Gabon 2012, la mortalité néonatale est de 26‰, et les principales causes sont l’asphyxie, les infections, et la prématurité.

La naissance prématurée et un faible poids à la naissance sont deux complications des grossesses qui peuvent nécessiter l’utilisation de la réanimation néonatale. Effectuée de façon efficace, cette intervention qui aide les nourrissons à respirer à la naissance peut contribuer à éviter un grand nombre de décès infantiles.

Des compétences en réanimation du nouveau-né sont extrêmement importantes en milieux à faibles ressources où les soins prénataux sont précaires et où la fréquence, la mortalité et le fardeau des effets à long terme de l’asphyxie à la naissance sont importants.

« Ici à Oyem et dans tout le Département du Woleu Ntem, nos structures hospitalières ont vraiment besoin de ce type de formation pour sauver des vies par des gestes simples dès les premières minutes de vie. Nous avons pu, au terme de cette formation, comprendre qu’avec un outil très simple – le ballon de ventilation– nous pouvons sauver plus de 95% des bébés qui ont besoin d’être réanimé à la naissance.  Cela nous a aussi permis de mettre fin à des pratiques dépassées que nous utilisions encore telle que l’utilisation d’alcool. Vraiment, je tiens à remercier profondément Nestlé pour cette formation qui est une première dans la région. Eu égard à un plateau technique particulièrement développé, nous pouvons aujourd’hui contribuer à la réduction de la mortalité néonatale dans notre pays », a déclaré Mme Ngwa.

Coopération

L’Institut Nestlé Nutrition en Afrique collabore avec des associations professionnelles et des institutions médicales comme la Société Gabonaise de Pédiatrie(SOGAPED) pour offrir des ateliers de renforcement des capacités des professionnels de la santé.

« L’initiative de Nestlé par le biais de son institut spécialisé est louable. Elle vient répondre à un besoin certain dans notre environnement où de mauvaises pratiques avaient encore cours. Nous croyons fermement que la mise en application des enseignements appris aujourd’hui sauvera des vies, contribuera à la réduction du taux de mortalité néonatale, et donnera de meilleures chances à des centaines de bébés dans notre environnement, de mener une vie meilleure » a déclaré le Dr Mengue Christiane, Membre de la SOGAPED et formatrice à cet atelier.

L’atelier d’Oyem vient à la suite d’une formation initiale des formateurs organisée les 17 et 18 juin 2015, au cours de laquelle 25 professionnels de la santé avaient été formés au CHU d’Angondjé. Depuis lors, sept restitutions ont été organisées pour environ

190 personnels de santé sur l’étendue du territoire gabonais. Au terme de la formation, des ballons de ventilation et des pingouins d’aspiration ont été offerts aux deux formations hospitalières qui y ont participé.

« Chez Nestlé, nous sommes convaincus que pour être une entreprise prospère et durable sur le long terme, nous devons créer de la valeur pour les communautés où nous opérons. Par le biais de notre Institut Nestlé Nutrition en Afrique, une organisation à

but non lucratif, nous apportons un appui aux professionnels de la santé à travers différents programmes de renforcement des capacités. Nous contribuons ainsi à répondre aux défis sanitaires de l’environnement dans lequel nous opérons », a déclaré

Abdoulaye Diongue, Directeur Général Nestlé Gabon.

Réduction du taux de mortalité infantile

Les efforts de Nestlé pour lutter contre la mortalité infantile font partie de son engagement à offrir aux professionnels de la santé des programmes d’éducation en faveur de la nutrition et de la santé de la mère, du nouveau-né et du jeune enfant et contribuer

à réduire le taux de mortalité infantile.

Ceux-ci font aussi partie de l’engagement de l’entreprise pour aider à atteindre les Objectifs de développement durable (SDG) des Nations Unies, notamment ceux liés à la santé et au bien-être des populations.

Département de la Communication Institutionnelle et des Affaires Publiques

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE