Accueil Société Libreville : Léandre Nzué impuissant face au cas d’insalubrité

Libreville : Léandre Nzué impuissant face au cas d’insalubrité

PARTAGER
Une vue de l'insalubrité à Libreville en même le sol/©DR.

Libreville, la capitale gabonaise est à nouveau sous des tas d’immondices depuis le début de la nouvelle année. Le génie militaire qui avait gentiment pallié  à ce phénomène durant quelques semaines, a tout arrêté. Le haut-commissariat à l’environnement à qui revient  de rendre la ville de Libreville propre répond aux abonnés. Quant à la mairie de Libreville, à qui le rôle est celui  de veiller à la salubrité de la ville, n’a toujours pas trouvé une société après le départ d’Averda.

Ce qui devait être une évidence, est là, malgré la main tendue du génie militaire, qui durant des semaines s’est chargée de la propreté de la ville, qui fait face depuis le départ d’Averda à un retour grandissant de l’insalubrité. Une situation, est-il besoin de le rappeler qui est un véritable problème de santé publique.

Depuis le début de la nouvelle année, il est quasi impossible de circuler dans la ville de Libreville sans qu’un tas d’immondices ne soit présent ou que des odeurs nauséabondes n’envahissent les artères de la capitale gabonaise.

Il faut dire que depuis le départ de la société Averda qui avait la charge de la gestion de l’insalubrité dans la ville de Libreville, le phénomène d’insalubrité a repris.

Pourtant, le maire de Libreville Léandre Nzué qui avait milité et facilité le départ d’Averda avait promis trouver une autre entité pour la propreté de la ville de Libreville. Jusqu’à ce jour, aucune entreprise n’est perceptible. Toute chose qui démontre l’impuissant dont fait montre l’actuel président d conseil municipal de Libreville. Faut-il le rappeler, Léandre Nzué durant la campagne pour le comptes des élections locales, avait fait de la propreté de la ville son cheval de bataille. Près d’un an à la tête de Libreville, le fils de Nkembo, (deuxième arrondissement de Libreville) est beaucoup plus intéressé à autre chose, en lieu et place de l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.

De son côté, le haut-commissariat, dont l’un des objectifs est de rendre ou de veiller à la propreté des villes, demeure impuissant face à ce cas d’insalubrité qui devient de plus en plus inquiétant.

Une situation qui a d’ailleurs été à l’origine d’une réunion de crise au ministère de l’intérieur, à laquelle prenaient part le maire de Libreville, le haut-commissaire à l’environnement et bien sûr le ministre de tutelle Lambert Noel Matha.

Il est désormais plus qu’urgent de pallier à ce phonème. Pourquoi ne pas remettre Clean Africa sur les rails ?

PARTAGER