Liberté de la Presse. RTN bombardée

Liberté de la Presse. RTN bombardée

170
0
PARTAGER

La chaine de télévision privée RTN n’est pas prête d’émettre, suite au bombardement par un commando de la mort du pouvoir d’Ali Bongo. Preuve que dans le pays des Bongo, la presse est tout simplment martyrisée, quand elle n’est pas menacée de fermer boutique.

L’épisode de la Radio Télévision Nazareth, de Bruno Ngoussi, homme de  Dieu, qui a décidé de se mettre au côté du changement et de l’alternance, nous certifie que tant qu’Ali Bongo sera aux commandes du Gabon, la presse ne sera jamais libre.

La troième chaine de télévision privée vient de vivre les pires moments de son exitence, depuis 2003. En effet, cette chaine de télévision à caractère social et réligieux vient d’être bombardée par un commando de la mort d’Ali Bongo. Le malheur de cette chaine de télévision et son fondacteur, est simplement du fait qu’ils ont décidé de mettre à la disposition du monde entier la vérité rien que la vérité.

Ce bombardement, faut il le rappeler, est consécutif à la publication, bureau de vote par bureau de vote des résultats issus des urnes. Elle a par la même occasion, diffusé des images où la police aux ordres du pouvoir, tabasse les Gabonais durant les manifestations qui ont débuté le mercredi 31 aout dernier.

Le saccage de cette télévision privée, rappelle les malheureux évènements qui ont secoué le média privé TV+ et son partenaire international GO africa en 2009 qui avait été bombardé par ce même commando. En 1994, Radio liberté, proche de l’opposition avait subi les mêmes affres.

C’est dire si pour Ali Bongo et ses amis, seuls les médias qui leur sont favorables doivent exister. Quant aux autres, ils ont tout simplement chatiés sans aucune autre forme de procès. C’est ça l’Etat de droit sous les Bongo

Triste réalité

Boris Biyoghe

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE