Les organismes onusiens inquiets de la jeunesse du Gabon

Les organismes onusiens inquiets de la jeunesse du Gabon

108
0
PARTAGER

La salle de conférence du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) de Libreville a servi de cadre le 9 juillet 2016 dernier au lancement de la campagne des jeunes pour la promotion de la culture de la paix en Afrique centrale et celle du Gabon en particulier.

Les responsables des organismes rattachés à l’ONU (Organisation des nations unies) accrédités au Gabon s’inquiètent du climat sociopolitique qui prévaut actuellement au Gabon. Ce, à quelques semaines de l’élection présidentielle, prévue le 27 août prochain. Dans le but d’éviter les violences pré-électorales et postélectorales, une campagne dédiée aux jeunes,  la première du genre,  a été lancée à l’endroit de la jeunesse gabonaise, le 9  juillet dernier. Une initiative du Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix (PAYNCOP), du Réseau des organisations de jeunesse africaine des leaders des Nations unies, section Gabon (ROJALNU-Gabon) et le Conseil national de la jeunesse. Le lancement de cette campagne qui a mobilisé une quarantaine de jeunes, a été mise en œuvre avec le soutien de l’UNESCO, de l’UNOCA et du système des Nations Unies au Gabon. Cette campagne a également bénéficié de l’appui technique de l’Institut gabonais d’image et du son (IGIS), ainsi que de l’accompagnement artistique d’Annie Flore Batchiellilys.

Cette campagne de sensibilisation qui vise à la réalisation de l’Objectif 16 des objectifs de développement durable (ODD), « appelle à promouvoir l’avènement de sociétés  pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable… » . Elle a vocation à mettre médiatiquement en lumière, la notion de culture de la paix, afin de susciter une prise de conscience et une réaction de la jeunesse, quant au rôle que chacun peut jouer, pour construire et consolider la paix et la non violence au quotidien.

L’initiative des organismes onusiens et ses partenaires, certes est louable. Mais la question est celle de savoir si ce message de paix passera dans des oreilles des jeunes qui vivent en milieux très défavorisés ? D’autant plus que depuis le règne des Bongo au pouvoir, la jeunesse gabonaise a toujours été marginalisée, voire chosifiée. Une jeunesse à laquelle on pense qu’en période électorale pour son rôle de « panneau publicitaire » ou celle que les politiques du pouvoir-PDG achètent à 10 000 FCFA pour faire le nombre dans certaines rencontres politiques.

Tar’Engongha

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE