Accueil Société Justice : Le barreau du Gabon menace de suspendre  la participation des avocats...

Justice : Le barreau du Gabon menace de suspendre  la participation des avocats aux prochaines sessions criminelles 

PARTAGER
Les avocats lors d'une précédente rencontre/DR.

Alors que sa réaction suite à la dernière sortie du procureur de la République dans le cadre des agression des prisonniers à la prison centrale de Libreville, et qui avait menaçait de poursuivre en justice toute personne y compris le avocat quant aux dérives et la diffusion des informations mensongère, était vivement attendue,  la Barreau du Gabon a indiqué dans une déclaration de presse ce mardi 12 février, lue par son président Me Lubin Ntoutoume de suspendre ses activités pour les prochaines sessions criminelles, si le parquet d’ouvrait pas une enquête complémentaire, suite aux agressions de la prison centrale de Libreville.

Le climat est de plus en plus tendu ces dernières semaines entre le parquet et les avocats, suite aux agressions dont sont victimes à la prison centrale de Libreville,  des prisonniers de l’opération Scorpion, notamment, Christian Patrichi Tanasa Mbadinga et Justin Ndoundagoye.

Suite aux déclarations des  conseils de différents détenus, le parquet de Libreville par l’entreprise du procureur de la République, André Patrick Roponat avait fait une déclaration, qui n’était pas pour rassurer les esprits des uns et des autres, surtout les conseils des détenus.  Au cours de celle-ci, le ministère de la justice, avait mis « en garde toutes les personnes, y compris les avocats des personnes incarcérées, quant aux dérives actuellement observées et à la diffusion d’informations mensongères, dans le but est de créer l’émoi au sein de la population et de ternir l’image de la Justice et des services pénitentiaires ».

Depuis cette déclaration que  beaucoup n’ont pas manqué d’assimiler en une menace du ministère de la justice, vis-à-vis des avocats,  le Barreau Gabon est resté silencieux. Un silence qui a surpris dans l’opinion, d’autant plus que les propos tenus par le ministère de la justice, via le procureur de la République  n’avaient pas pour ambition de garantir la sécurité des avocats dans l’exercice de leur fonction.

A début de matinée de ce mardi 12 février, le Barreau du Gabon est sorti de sa réserve, à l’occasion d’une déclaration de presse lue par le Bâtonnier, Mr Lubin Ntoutoume, qui s’est dit « choqué aux propos du parquet ». Des propos « inacceptables », s’est-il offusqué. Avant de rappeler que des « propos tendant à qualifier publiquement  de mensongers des procédure régulièrement  engagés par des avocats  sont purement et simplement inacceptables, et que l’avocat ne saurait être  assimilé ou confondu à la cause qu’il défend»

Pour le Barreau du Gabon, « un avocat ne saurait en aucun cas être  inquiété  et encore moins  menacé dans l’exercice de ses fonctions ».

Poursuivant son propos, le Barreau du Gabon a demandé l’ouverture d’une « enquête complémentaire », sans quoi, « il envisagerait de suspendre la participation des avocats  aux sessions criminels à venir », a-t-il bouclé son propos.

PARTAGER