Accueil Société Insalubrité : Libreville à nouveau sous des tas d’immondices

Insalubrité : Libreville à nouveau sous des tas d’immondices

PARTAGER
Les ordures à Libreville/DR.

Il fallait s’y attendre, la société Averda en charge du ramassage des ordures ménagères à Libreville et ses environs est à nouveau à l’arrêt, pour dit-on, faute de liquidités devant permettre à l’entreprise d’approvisionner ses camions en carburant.

Pourtant, il y a quelques semaines, la société annonçait avoir acquit un nombre important de bacs à ordures devant lui permettre de palier, au mieux, à ce problème d’insalubrité tant à Libreville que dans ses environs. D’autant plus que, suite aux événements malheureux qui ont suivi les résultats de la présidentielle d’août 2016, la société avait perdu un bon nombre de bacs à ordures, d’où cette présence régulière des tas d’immondices dans la capitale gabonaise.

Mais, il n’en fallu pas plus, pour que un autre problème surgisse et mette à nouveau Averda en panne sèche. Il s’agit d’un problème de financement, qui ferait défaut à l’entreprise. Car, à en croire certaines indiscrétions, l’entreprise, du fait de cette absence de liquidités, serait dans l’incapacité  d’approvisionner ses camions en carburant. Résultats de cette situation désolante, c’est Libreville et ses environs qui sont à nouveau envahis  par des tas d’immondices. Il suffit de circuler dans les coins recoins de la capitale pour faire le malheureux constat que les ordures cohabitent à nouveau avec les riverains. Et la situation pourrait s’empirer avec l’arrivée des pluies. Toute chose qui pourrait engendrer un problème de santé publique.

Pour rappel, Averda n’est pas à son premier arrêt. Il y a plusieurs mois, pour des mêmes raisons d’approvisionnement en carburant, la société avait dû ralentir ses activités. Il y a eu d’autres arrêts dus à des mouvements d’humeur du personnel pour de raisons d’impayés de salaires. De même que l’ardoise de l’Etat vis-à-vis de l’Etat a souvent emmené l’entreprise à interrompre ses services.

Des arrêts qui sont donc coutumiers et  apparemment qui ne sont pas prêts de prendre fin.

PARTAGER