Grogne à l’UOB : le personnel réclame le départ de Marc Louis...

Grogne à l’UOB : le personnel réclame le départ de Marc Louis Ropivia et son équipe

478
0
PARTAGER

La tension est montée d’un cran à l’université Omar Bongo ce mercredi 8 février 2017. En cause,   le non paiement des primes de rendement ; la détention de deux de leurs collègues par la PJ  et  le non  paiement de l’arbre de noël. De ce fait, ces derniers, exigent le départ immédiat  du recteur, Marc Louis Ropivia  et toute son administration.  

Après les mouvements d’humeur des étudiants, le personnel de l’université Omar Bongo, vient de rentrer en grève illimitée pour revendiquer la libération de deux de leurs collègues arrêtés, par la police judicaire, depuis plusieurs jours ; le versement de leurs primes de rendement et le paiement de l’arbre de noël. N’ayant pas trouvé des solutions idoines lors des rencontres avec leur tutelle, qui d’après ces derniers, fait preuve de mépris et cherche à jouer à la montre. Ce mercredi 17 février, le personnel a décidé de bloquer l’entrée de l’université Omar Bongo, pour exiger le départ immédiat du recteur, Marc Louis Ropivia  et de toute son équipe.oub1

« Depuis vendredi dernier, nous sommes en grève. Aujourd’hui, les étudiants ne sont plus dans les salles classes et l’administration est paralysée. Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est le départ de Marc Louis Ropivia, qui fait l’objet de malversations financières. Regardez l’Etat de l’université Omar Bongo, nous voulons son départ c’est tout» a lâché le secrétaire général, du bureau Atos, de l’université Omar Bongo, Etoua Nteme Aristide.

La situation est  devenue critique à l’université Omar bongo  et le couvercle pourrait bien sauter, si les autorités compétentes ne prennent pas ce problème à bras le corps. Car, selon le personnel, le recteur et son équipe auraient mis en place, selon certaines sorces, un réseau de détournements des recettes propres de l’université Omar Bongo, qui depuis quatre ans échappe au contrôle financier.

Aimé David Nguema        

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE