Accueil Société Gabon/ Gratis grata : Le mutisme des autorités

Gabon/ Gratis grata : Le mutisme des autorités

PARTAGER
L'insalubrité grandisante ou l'eau de la SEEG qu s'est à l'origine de la Gale appelée Gratis-Grata/©internet.

Depuis plusieurs mois, la parution de la maladie appelée gratis-grata laisse indifférentes les autorités sanitaires et dame SEEG. Cette maladie incommode touche plusieurs couches sociales du pays. Composée en partie de démangeaisons qui résistent à tout traitement, elle est aujourd’hui la principale cause des consultations chez les dermatologues, il est temps de rompre le silence. Alors question : Le gratis-grata est-il une maladie liée à la mauvaise qualité de l’eau ou à la montée fulgurante de l’insalubrité dans la citée ?

Pour bon nombres de Gabonais les deux facteurs seraient liés. On sait depuis belle lurette que l’eau fournie par dame SEEG est de moins en moins potable aujourd’hui qu’elle est de plus en plus polluée par des substances rejetées par les sociétés humaines. La rivière, la Nzeme, autrefois enfouie dans la forêt dense, traverse aujourd’hui les villages et quartiers de la ville de Ntoum. Les populations aux abords de cette rivière ne se privent pas de jeter leurs ordures dans cette rivière qui alimente Libreville et ses environs en eau potable. Cette pollution s’en ressent de la part la qualité d’eau qui sort du robinet.

Pour d’autres, l’augmentation fulgurante des tas d’immondice dans la citée n’est pas à négliger. En effet, les nombreuses grèves enregistrées ces derniers temps ne sont pas exempts de tout reproche. Nul n’est censé ignorer que l’insalubrité et la santé ne font pas bon ménage. Surtout que la cause de cette infection cutanée serait d’ordre bactérien.  Les maladies comme la gale la fièvre typhoïde ou autre en sont les conséquences.

Fort de toutes ces données, les populations ne comprennent pas le mutisme qu’observent les autorités gabonaises. Ces dernières devraient prendre des mesures salutaires pour essayer d’éradiquer cette pathologie gênante pour les populations. Pis, une communication sur celle-ci serait également la bienvenue.

LMA

PARTAGER