Accueil Société Gabon/Rentrée des classes : du retard à l’allumage

Gabon/Rentrée des classes : du retard à l’allumage

PARTAGER
(c)DR.

Prévue pour démarrer le 30 septembre dernier, sur toute l’étendue du territoire national, la rentrée des classes n’est toujours pas effective, du moins, dans les établissements publics. Une situation qui cause du tort à bon nombre de parents d’élèves.

 Si au niveau des établissements privés, la rentrée est effective, ce n’est pas le cas des établissements publics. Pourtant, en cette période, une frénésie générale s’empare le plus souvent du monde éducatif. Plusieurs établissements publics sont encore vides et les élèves scotchés à la maison.

Une situation causée, pour une bonne frange des enseignants, par le ministère de l’Education nationale. « Sinon, comment expliquer que  ce soit à la veille de la rentrée scolaire  que bon nombre d’enseignants et autres personnels administratifs, ont découvert, dans le quotidien l’Union, les nominations et autres affectations», s’est interrogé un enseignant. Avant de poursuivre « Alors qu’elles ont souvent lieu avant toute rentrée de classes ». Quid donc des enseignants et autres proviseurs qui avaient déjà organisé la rentrée dans leurs anciens établissements, pensant qu’ils devaient être confirmés à leurs postes d’affectations ?

Résultat des courses, c’est le désordre qui s’installe dans plusieurs établissements, à tel point qu’à ce jour, plus personne ne sait quand aura effectivement lieu la rentrée de classes, dans les établissements publics. Selon certaines indiscrétions, plusieurs irrégularités auraient été enregistrées dans les nominations, d’où le blocage que connaissent certaines passations de services. Certains  proviseurs, pourtant débarqués ou affectés dans d’autres établissements, exigeraient des décrets présidentiels, pris en conseil de ministres, au lieux des simples arrêtés ministériels, avant de libérer le poste.

Vrai ou faux, toujours est-il que le retard est effectif dans les établissements publics du Gabon.

PARTAGER