Accueil Société Gabon/ quand le groupe Kabi fait subir un trouble psychologique aux  habitants...

Gabon/ quand le groupe Kabi fait subir un trouble psychologique aux  habitants de Marseille 2

PARTAGER
La marche des femmes de Marseille 2/©Pyramidmédiagabon

C’est avec la peur au ventre et surtout des menaces d’expropriation que vivent les habitants de Marseille 2 dans la commune d’Akanda, notamment à la section YE7. Ces derniers ne savent plus à quel saint se vouer depuis que le groupe Kabi TP, dont font partie le PMUG, Casino Croisette a subitement atterri avec un titre foncier, semble-t-il monté de toutes pièces. Cette entité représentée par Mr Etienne Mabenda, ci devant Directeur Général Adjoint du Pari Mutuel Urbain (PMU), menace depuis plusieurs années d’exproprier  ces familles installées depuis plus de trois décennies dans cette zone.

C’est un flou  artistique auquel sont confrontés les habitants de Marseille 2 dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville, notamment de la section YE7, qui,  face au désordre installé dans la haute administration cadastrale, ne savent plus à quel saint se vouer. L’ANUTTC, à qui incombe la responsabilité  d’organiser les choses dans ce domaine, brille par une « incompétence » notoire. Sinon comment comprendre qu’une section soit attribuée à une autre section ? Ou qu’une section ait été soustraite au profit d’une autre, et en donner comme raison, une erreur de saisie ?

C’est malheureusement le calvaire subit par les habitants de Marseille 2 depuis  plus de trois ans,  et qui pourrait déboucher  à tout moment sur une expropriation du site, au profit de la « nébuleuse » entreprise « Corse » Kabi TP,  représentée par Etienne Mabenda, et soutenue implicitement par le pouvoir en place.

 

Samedi dernier, c’est un triste spectacle,  auquel se sont adonnées ces mères de familles et enfants en détresse. Et pour éviter le pire, elles sollicitent aujourd’hui,  l’implication personnelle de la première dame dans ce conflit foncier, « nous appelons la maman de ce pays, maman Sylvia d’empêcher que de nombreuses familles soient déguerpies de leurs terres».

Il faut dire qu’il s’agit des familles installées dans cette zone, bien avant qu’Akanda ne soit érigée  en commune de plein exercice. Nombre d’entre elles,  y ont investi de leurs vies, notamment dans la  construction des maisons avec titres fonciers.

Mais des investissements qui ne semblent pas signifier grand-chose aujourd’hui  pour les « futur occupants » au regard du mépris affiché vis-à-vis  de leurs interlocutrices.

Selon certaines indiscrétions, le groupe Kabi TP, serait coutumier des faits. On se souviendra de l’échec cuisant enregistré dans une mésaventure similaire il y a quelques années  sur la route du Cap Estérias face à une population visiblement prête  à en découdre avec lui. Sentant l’étau se resserrer autour de lui, Kabi TP a  dû reculer pour changer de proie en choisissant cette fois-ci,  les  habitants de Marseille 2, notamment ceux de  la section YE7.  Mais, contre toute attente, ces derniers leur ont exprimé une fin de non-recevoir, malgré les tentatives d’intimidations de l’actuel DGA du PMUG, Etienne Mabenda . Gageons que la première Dame, souvent charitable en cette période de la fête de Noël, saura tendre une oreille attentive à ce cri de détresse lancé par ces congénères.

PARTAGER