Accueil Société Gabon : plus de débits de boissons aux abords des établissements scolaires

Gabon : plus de débits de boissons aux abords des établissements scolaires

PARTAGER
©DR

Phénomène ayant pris de l’ampleur, tant à Libreville que dans l’arrière-pays, le gouvernement, via le ministère de l’intérieur et de la Justice, Garde des Sceaux vient de décider de la fermeture des bars aux abords des établissements scolaires.

 Le phénomène était même presque venu normale, au regard de l’ampleur que celui-ci avait pris. A Libreville, presque tous  les établissements scolaires, lycées-collèges, écoles supérieurs, sont confrontés à cette situation. Une présence des débits de boissons aux alentours, qui n’était pas sans conséquence, dans le suivi scolaire de cette élite. D’ailleurs, certains de ces débits devaient leur chiffre d’affaire grâce aux apprenants, qui ne manquaient pas d’y être, soit en heure de pose, ou de sécher catégoriquement les cours.

Cette année, la donne pourrait changer. Le gouvernement de la République, via le ministère de l’intérieur a décidé de mettre fin à ce phénomène, devenu, un fléau  dans le système scolaire gabonais. C’est donc « en application des dispositions du Décret n° 0408/PR/MISPID du 26 septembre 2012, fixant les conditions d’ouverture et d’exploitation des débits de boissons, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Justice, garde des Sceaux a, par arrêté n° 052 pris le 1er octobre 2019, ordonné la fermeture des débits de boissons installés aux abords des établissements scolaires sur l’ensemble du territoire national.

Pour les propriétaires de ces débits de boissons, ils ont jusqu’à la fin de ce mois d’octobre, soit de fermer leur affaire, ou en trouver un autre local, mais loin de l’emplacement d’un établissement scolaire, à défaut d’être frappé d’une sanction pénale.

Gageons que les autorités y veillent, car, cette décision avait déjà été prise intérieurement, mais le phénomène n’avait pas reculé, bien au contraire. Beaucoup espèrent que le gouvernement y veillera cette fois.

PARTAGER