Accueil Société Gabon :  Les ‘’morts’’ déshonorés à la vallée Sainte Marie de Libreville.

Gabon :  Les ‘’morts’’ déshonorés à la vallée Sainte Marie de Libreville.

PARTAGER
L'espace est aujourd'hui occupé par des grandes firmes/ ©DR

Sous prétexte de revaloriser une partie de la zone mortuaire de la vallée Sainte de Libreville, une opération d’exhumation des tombes fut ordonnée en 2012 par  les autorités gouvernementales. Mais 7ans plus tard le constat est alarmant, voire désolant sur le site en question.

Apparemment au Gabon,  au fil des ans,  les valeurs  morales et Chrétiennes  semblent s’évanouir dans notre société. A en juger de la situation sur le site qui abritait l’ancien cimetière diocésain catholique de la vallée Sainte Marie de Libreville. Un site qui abrite aujourd’hui des immeubles ‘’world Trade center’’ de qualité  à caractère administratif et commercial pour impulser un développement optimal dans le secteur. Le site se transforme progressivement en centre commercial. En témoigne, la construction du magasin d’une grande filiale française spécialisée dans la commercialisation des produits surgelés ‘’SAN GEL’’ et d’un autre magasin, dont l’identité n’est pas encore dévoilée.  Du coup,  beaucoup s’interrogent sur sort de nos morts. Qu’ont-ils fait pour que leur lieu de repos soit transféré ailleurs. A la place ce sont de simples magasins, pourtant déjà implantés dans d’autres coins et recoins de la ville. Autrement dit, le groupe gabonais  CEKADO, spécialisé dans l’agro-alimentaire, peut-il ordonner l’exhumation des tombes à Paris parce qu’il s’intéresse à un site qui lui être rentable ? Que dit l’église face à une profanation des tombes aux lendemains incertains par les pouvoirs publics ? Cette profanation ne va-t-elle pas susciter, à long terme, la colère de Dieu par manque de respect aux morts ? Les centres commerciaux sont-ils plus importants que les êtres humains ?

Autant de questions que se posent aujourd’hui de nombreux riverains  de la vallée Sainte Marie  et passants depuis la sortie de terre du premier centre commercial. Il est vrai que d’aucuns diront que le projet de l’entreprise de Feu Guido Santullo n’est plus à l’ordre du jour, mais l’Etat Gabonais a trouvé un autre preneur pour la réalisation dudit projet.

Peut-être que les pouvoirs publics devront se justifier, dans un proche avenir,  devant l’opinion, les raisons de ces derniers développements sur l’ancien cimetière de la vallée Sainte, tout en éclairant l’opinion sur le coût financier réel de cette transaction.

PARTAGER