Accueil Société Gabon : Les associations des personnes handicapées en conflit avec Léandre Nzué

Gabon : Les associations des personnes handicapées en conflit avec Léandre Nzué

PARTAGER
La Mairie de Libreville, un lieu de conflit entre patrons de l'institution?©DR.

Les Associations des personnes handicapées du Gabon et la coopérative ‘’Goodwill’’ viennent de monter au créneau, à la faveur d’un point de presse,  pour dénoncer les pratiques ‘’discriminatoires’’ dont elles feraient l’objet, depuis l’arrivée des nouvelles autorités municipales.

En décidant de rompre le silence, afin d’éclairer et de dénoncer une situation, qu’elles considèrent et qualifient de ‘’discriminatoire’’ vis-à-vis de leurs communautés, les Associations des personnes handicapées et la coopérative Goodwill Gabon sont remontées, ces derniers temps, contre le Maire de Libreville, Léandre Nzue et certains de ses collaborateurs. « En 2011, après le lancement du programme sur ‘’l’autonomisation des personnes handicapées’’, à travers le financement des activités génératrices de revenus (micro-projets), financées par l’Etat Gabonais, que Jean François Ntoutoume Emane, ancien Maire de Libreville, nous avait accordé l’occupation du site du rond-point de Nzeng-Ayong, dans le 6ème arrondissement de Libreville et bien d’autres. Tout ceci, dans le but de permettre à notre communauté d’exercer une activité rémunératrice de revenus, en toute quiétude, sans plus être dérangée par les services de l’inspection Générale Municipale, comme c’est le cas actuellement. Pour rappel, cette mesure avait été possible grâce à l’intervention de Julien Désiré Nyare Ndong, Président de l’ANPHG (2003-2013) et actuel Président de la coopérative Goodwill Gabon. Nous signalons au passage que c’est Léandre Nzue, alors 4ème Adjoint au Maire de Libreville, chargé des marchés qui avait la responsabilité de faire aboutir ledit dossier, et avait pris solennellement l’engagement, devant nous, de ne plus permettre à n’importe quel quidam de venir nous déranger », a rappelé Julien Désiré Nyare Ndong.

Ces derniers, victimes d’exactions de tous genres de la part des agents municipaux déployés au quotidien sur le terrain, sollicitent une rencontre avec le Maire de Libreville, depuis le 27 mai 2019, pour renouveler le titre d’occupation du domaine communal. Un titre qui leur permet de gérer des espaces des personnes handicapées moteurs, source de lutte contre la mendicité  et de la pauvreté qui touchent une bonne partie de cette catégorie sociale dans notre pays.

Mais depuis lors, c’est le silence radio du côté de l’Hôtel de ville de Libreville. Si leur requête n’est pas prise ne compte, les personnes handicapées menacent d’entreprendre un mouvement d’humeur devant les locaux de la mairie de Libreville dans un proche avenir, afin de  mieux attirer l’attention des plus hautes autorités du pays, mais aussi  de la communauté internationale.

                                                     NO 

PARTAGER