Accueil Société Gabon/Le Syndicat des agents des Affaires étrangères : le torchon brûle  

Gabon/Le Syndicat des agents des Affaires étrangères : le torchon brûle  

PARTAGER
©DR.

Le torchon brûle, depuis quatre mois, au sommet du principal Syndicat des agents des Affaires étrangères (SAEE), entre le Président en exercice, André Assou Ello et ses ‘’anciens camarades exclus’’. Ce dernier vient de saisir les tribunaux, pour violation des textes.

Deux plaintes du Président en exercice du Syndicat des agents des Affaires étrangères adressées, respectivement, au Procureur de la République et au Président du Tribunal de Première Instance de Libreville, sont en souffrance au parquet, depuis quatre mois. Le Président, André Assou Ello, reproche à ses collaborateurs,  John Paul Obame, 3ème Vice-Président et Florian Ndong Be,  plusieurs chefs d’accusation, entre autres : d’atteinte à l’ordre et à la sécurité publics (art 79) ; faux et usage de faux (art 115) ; outrage et violences envers les dépositaires de l’autorité ( art 157) ; association de malfaiteurs, fraude à la loi syndicale n°18/92 du 18 mai 1993 ; dénonciation calomnieuse ( art 282) ; usurpation de titre. «J’ai l’honneur de vous exposer que les agents suscités en objet occupent respectivement les postes de Secrétaire Général et 3ème Vice-Président dans le Bureau Exécutif du syndicat dont j’ai la charge. Leur incivisme au sein de ce bureau a déjà fait l’objet, à plusieurs reprises, de plaintes de ma part, auprès des agents, lors des différentes rencontres. A cela s’ajoutent la violation constante les dispositions des statuts et règlement intérieur du syndicat en matière de ‘’qualité de membre ; des devoirs et obligations des membres et de la discipline.

Et ce, malgré, plusieurs rappels à l’ordre, les intéressés ne se sont jamais ravisés. Au regard de ce qui précède, j’ai été stupéfait de constater que leur indiscipline notoire ne faisait plus la différence entre un syndicat et un parti politique. En date du 11 juin 2019, les intéressés ont paralysé le ministère, en mobilisant un nombre important d’agents, en vue de manifester contre la nomination de Mr Alain Claude Billie By Nze, au poste de ministre des Affaires Etrangères.

Ces derniers sont passés à l’action en scellant le portail principal d’une administration publique. Le pire a été évité, grâce à l’intervention du Secrétaire Général du ministère et des forces de l’ordre. Aussi, ont-ils, nonobstant ces interventions, juré d’installer un climat délétère au sein de notre département, tout au long du magistère du nouveau ministre, et de s’attaquer à toute personne qui ira à l’encontre de leur machination » a-t-il rappelé. Avant de préciser que : « pour joindre la parole à l’acte, ils vont de la tentative de destitution illicite et sans fondement du président du syndicat, membre fondateur que je suis, à une campagne appuyée de diffamation, de dénonciation calomnieuse, de faux et usage de faux, jusqu’à usurpation de titre. Ces agissements constituant des actes manifestement illicites et insupportables, il y a urgence et péril en la demeure. C’est pourquoi j’ai décidé de porter plainte, afin que vous lui donniez la suite qu’elle comporte en vue de mettre hors d’état de nuire cette association de malfaiteurs ». Avant de conclure : « deux plaintes au  pénal et au civil sans suite, mais entretemps, ils continuent de mener les activités. Je demande des astreintes  de 100.000FCFA/ jour pour l’utilisation abusive et illicite du nom ; de l’emblème, des statuts et règlement intérieur du SAEE dont je suis Président fondateur actif, et cela à compter de leur date de radiation ».

Une  patate chaude du Syndicat des Agents des Affaires Etrangères qui  tarde à se refroidir du côté du Parquet de Libreville, au moment où les plus hautes autorités plaident,  pour la signature d’une trêve sociale,  gage de stabilité en cette période de crise.

PARTAGER