Accueil Société Gabon : Le  mea culpa de la SEEG face au  lundi noir à Libreville et...

Gabon : Le  mea culpa de la SEEG face au  lundi noir à Libreville et ses environs

PARTAGER
Siège de la SEEG à Libreville/©DR.

L’interminable coupure d’électricité du 21 octobre dernier a plongé les Librevillois  dans une colère noire, tant les désagréments étaient nombreux. Un incident qui a compromis la journée de travail de certains et sapé le moral des autres. Consciente de ces désagréments, la SEEG a présenté ses sincères excuses à sa clientèle.  Des excuses qui sont diversement appréciées chez les consommateurs de dame SEEG.

 Les populations de Libreville et ses environs auront souffert de chaleur ; d’une impossibilité de travailler ; de la perte de leurs provisions alimentaires sans parler des malades internés dans des structures de santé ne disposant pas de groupe de relais qui ont vu précocement leur mort arriver ; et que dire des nouveau-nés prématurés dans les couveuses ou de la destruction des appareils électroménagers ? Tous ces désagréments du fait d’un délestage qui a duré de longues heures.

Face à cette situation qui n’est pas une première, les usagers de dame SEEG auraient bien voulu comprendre  l’origine de ce énième incident « Ces perturbations étaient consécutives à un incident majeur survenu sur le poste haute-tension 90 KV du barrage hydroélectrique de Kinguélé, dans les Monts de Cristal. La localisation de cet incident sur ce site de production distant de 120 km de Libreville, a nécessité la mise en œuvre de moyens héliportés de l’armée en appui logistique externe et des ressources d’expertises spécialisées de la SEEG. Après cette intervention, la réalimentation des clients s’est faite progressivement à partir de 15h35mn, pour s’achever à 18h31mn » a déclaré La Direction de la Communication et de la Responsabilité Sociétale de la SEEG.

Or,  les multiples mutations connues ces derniers temps par la pourvoyeuse d’énergie et d’eau du Gabon sont intervenues pour minimiser la fréquence de ces délestages intempestifs, mais à quoi assiste-t-on aujourd’hui ? Les perturbations sur la desserte en eau et en électricité vont plutôt  bon train « Consciente des désagréments subis par les populations, la SEEG renouvelle ses excuses à sa clientèle ». Mais ces simples et plates excuses suffisent-elles pour rendre à ces familles ce qu’elles ont perdu à la suite de ces coupures d’électricité à réplétion ? Pour une entreprise citoyenne comme la SEEG, une politique visant à indemniser si possible les victimes, devrait être envisagée ; ces incidents n’étant pas des catastrophes naturelles.

JB

PARTAGER