Accueil Société Gabon : Le barreau du Gabon appelle le gouvernement à respecter les délais...

Gabon : Le barreau du Gabon appelle le gouvernement à respecter les délais de gardes à vue

PARTAGER
©DR

La célébration de la journée mondiale des droits de l’homme intervient cette année au Gabon, alors que plusieurs anciens hauts cadres de l’administration sont actuellement, pour certains encore en garde et pour d’autres déjà sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Libreville. Des détentions qui ne laissent pas insensibles le barreau gabonais des avocats, qui critique avec virulence les conditions de gardes à vue, il a d’ailleurs appelé le gouvernement à respecter les libertés de prévenus. C’était à l’occasion d’une déclaration solennelle à son siège de Libreville.

Bien placés pour dénoncer les exactions dont seraient victimes les détenus de la prison centrale de Libreville et les gardes à vue, à la direction générale de recherches, à la direction générale de la contre ingérence ou dans d’autres unités de police et de gendarmerie de la place. Clients de nombre de ces détenus, les avocats inscrits au barreau du Gabon, vivent régulièrement le sort qui est souvent réservé aux détenus :

En plein cœur de l’opération anti-corruption scorpion lancée par les autorités du pays, des cadres de l’administration  et d’anciens ministres y sont pour certains en garde à vue et pour d’autres déjà en détention préventive à la prison centrale de Libreville. Mais leur séjour en milieu carcéral, ne se passerait pas dans les règle de l’art, loin sans faut. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre les avocats dénoncés ces attitudes d’une autre époque et qui dans le sens contre du respect des  droits de l’homme.

 C’est dans cette lancée et profitant de la célébration de la journée mondiale des droits de l’homme que le barreau gabonais, par la voix de son responsable de droit de l’homme Me Solange Yenou a appelé le gouvernement à respecter les libertés des détenus.

Pour les membres du barreau auteurs de cette déclaration, le gouvernement doit respecter les délais de garde à vue « la durée de la garde à vue, ne peut excéder 48 heures. Elle peut être prolongée d’un nouveau délai non renouvelable de 48 heures par autorisation écrite du procureur de la République », peut-on lire dans cette déclaration, dont notre confrère GabonMédiatime a consulté la copie.

 Toujours dans le cadre de la garde à vue, le barreau rappelle au gouvernement, qu’un gardé à vue, doit être suivi par son avocat, comme l’indique la déclaration universelle de droit de l’homme « en début de sa garde à vue l’intéressé est informé de son droit de s’entretenir avec un avocat. L’avocat choisi communique avec la personne gardée à vue dans les conditions qui garantissent la sécurité ».

Ayant signé la charte des nations unies pour la protection des droits de l’homme, le Gabon, fait partie des pays qui ne respect guère cette déclaration universelle. Les conditions de détention jugées inhumaines, en sont des parfaites illustrations.

PARTAGER