Accueil Société Gabon : La décision de l’Archevêque qui fâche les Catholiques

Gabon : La décision de l’Archevêque qui fâche les Catholiques

PARTAGER
Les patrons de l'église catholique du Gabon les d'une précédente cérémonie/©DR

Les chrétiens catholiques sont très remontés contre l’Archevêque de Libreville, suite à sa dernière décision de suspension des activités de piété dans les paroisses. Quel est l’impact spirituel de cette décision? En quoi l’exercice de la piété est-il bénéfique ou non pour le chrétien catholique ? Autant de questions qui alimentent le débat sur la toile et dans les paroisses, depuis cette décision.

L’Archevêque de Libreville, Mgr Basile Mvé Engone,  a surpris  plus d’un consacré (prêtres, diacres, religieux et religieuses) et les fidèles chrétiens de son archidiocèse, en suspendant toutes les activités paroissiales et diocésaines liées à la piété. Ces activités portent, entre autres, sur les  messes de miséricordes (adoration au saint sacrement)  organisées  généralement tous les jeudis dans les différentes paroisses. Elles ont pour vocation de prier pour la guérison des malades. Sur cette liste, il y a également les ‘’journées de bénédictions’’, organisées chaque année, et ce, depuis 7ans, par la paroisse Saint Pierre de Libreville. Instituées par l’actuel Curé de la paroisse Saint Jean Baptiste de Nzeng-Ayong,  l’Abbé Luc Lambert Obiang Nkoghe, elles drainent, en moyenne, 40.000 à  50.000 fidèles à chaque édition et permettent souvent à l’église catholique de ramener des milliers de brebis égarées.

Ces mesures touchent également les activités de piété (Jéricho, campagne d’évangélisation…) du redoutable groupe de prière ‘’le renouveau charismatique’’, dont les prières souvent dressées contre les puissances des ténèbres établies au Gabon, dérangeraient aujourd’hui la quiétude spirituelle de  certains hauts responsables. Et les retraites spirituelles dites de ‘’désert’’ du Père Jean Paul Shimatu, ancien curé de Saint Luc de Bikélé, actuellement responsable de paroisse à Lambaréné, ne sont pas épargnées.

Conséquence,  certains fidèles accuseraient aujourd’hui, à tort ou à raison, l’Archevêque de Libreville de vouloir tuer l’église catholique en connivence avec le sommet de l’Etat en contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchantes. Intox ou vérité ? Le débat enflamme les réseaux sociaux en milieu chrétien ces derniers temps, certains chrétiens catholiques menaçant même de claquer les portes de l’église si ces mesures ne sont pas levées

Autrement dit, l’Archevêque de Libreville dont la mission principale est de sauvegarder l’unité et la paix au sein de l’église de Jésus Christ dans son diocèse gagnerait à suspendre cette mesure qui fâche le plus grand nombre à en juger la polémique qu’elle alimente partout depuis sa mise en pratique. L’Archevêque de Libreville reprocherait certains prêtres et responsables laïcs des groupes et mouvements catholiques, d’avoir créé des manifestations paroissiales et diocésaines  pour s’enrichir sur le dos de l’église et  des fidèles, en lieu et place de  la promotion véritable de l’évangile.                                                      

  NO  

PARTAGER