Accueil Société Gabon : Dans l’univers des retraités

Gabon : Dans l’univers des retraités

PARTAGER
©DR.

La retraite est instituée à 60 ans dans la Fonction publique gabonaise et dans le secteur privé « formel ». Un nouveau mode de vie diversement apprécié par les post salariés.

L’heure du départ à la retraite est souvent suivie d’un épisode de fatigue ou de déprime. «  Depuis que je suis retraité, je m’ennuie souvent à la maison avec le bruit de mes petits fils parce que n’ayant rien à faire. Une situation qui me pousse aujourd’hui à m’enivrer de vin, lorsque l’occasion se présente », déplore Edzang Paul, enseignant retraité de l’Etat,  vivant à Plaine–Orety, dans le 2ème arrondissement de Libreville.

Selon les experts de la sécurité sociale,  le meilleur antidote pour passer  une  retraite moins ennuyeuse, voire dorée est la reconversion. Et pour se faire, il faut s’être organisé pour démarrer immédiatement de nouvelles activités. « Moi, je suis un retraité de l’Office des Postes et Télécommunications (OPT), appelé aujourd’hui Gabon Poste. J’étais comptable, et mon salaire avoisinait les 800.000FCFA. Je suis retraité depuis 10 ans et je vis à Essassa, dans le 2ème arrondissement de Ntoum. Je me suis reconverti dans l’immobilier. Avec mes 200.000 FCFA de pension mensuelle, j’ai déjà construit trois studios qui sont en location, et je fais louer un atelier de menuiserie, sous bail. Je construis une maison à deux niveaux. J’ai plus de dix gosses et des petits fils, je  ne voudrais pas qu’il souffre. Et pour réussir ce challenge, je me suis abonné à la quincaillerie d’un ressortissant ouest-africain non loin de chez moi en prenant à crédit le matériel, pour payer au fur et à mesure. Je suis occupé en permanence à suivre les travaux. Aujourd’hui mes loyers me rapportent plus d’un million de franc CFA. Je suis un  retraité heureux», se  réjouit, avec fierté, Edouard Ondo Mba.

En juillet 2019 dernier, s’est tenu, à Libreville, un forum national des retraités pour réfléchir sur les méthodes et les politique publiques conduisant à l’amélioration de la condition et du statut de cette catégorie sociale. Autrement dit, le retraité gabonais devrait sortir du schéma classique de précarité et d’exclusion dont il dit être souvent l’objet. Que dire des travailleurs exerçant dans le secteur informel et qui n’espèrent pas toucher une pension de retraite un jour ?

Le retraité tient le sort de son devenir entre ses mains. C’est à lui de décider de son avenir et cela se prépare lorsqu’on est en activité.

 

PARTAGER