Front social : Port-Gentil toujours au ralentie

Front social : Port-Gentil toujours au ralentie

274
0
PARTAGER
La capitale économique vie au ralentie/DR

Les syndicats affiliés à l’intersyndicale professionnelle de l’Ogooué-Maritime observent une grève illimitée depuis le 12 Juin 2017, pour dénoncer le niveau de vie  élevé,  l’augmentation des taxes et des prix des produits pétroliers. 

Comme annoncé à l’issue de l’assemblée générale du mercredi 7 juin dernier, l’Intersyndicale professionnelle de l’Ogooué-Maritime est entrée dans une grève illimitée, le lundi 12 juin 2017, pour lutter contre la vie chère dans la capitale économique du Gabon. Une situation difficile, qui s’explique par la chute vertigineuse du prix du baril de pétrole, qui engendre, depuis trois ans déjà, une baisse des activités économiques dans la ville, avec pour conséquences, la baisse des salaires et des licenciements à tout-va. Toute chose que dénonce l’intersyndicale professionnelle de l’Ogooué-Maritime, qui avait donc déposé un préavis de grève le 1er mai dernier au gouvernorat. L’objectif étant d’attirer l’attention du gouvernement sur la situation des travailleurs de la province, afin que des solutions idoines y soient trouvées.

Comme on pouvait s’y attendre, la paralysie des activités dans l’Ogooué-Maritime commence  avoir des répercussions négatives, aussi bien sur les Port-gentillais que sur tout le pays entier.  C’est certainement conscient de cette donne qu’à la mi-journée du lancement de la grève, le ministre du Pétrole, Pascal Ouagny Ambourouet, pour tenter de stopper la grève, s’était rendu à la bourse du travail où était organisé un piquet de grève. Sans l’autorisation du gouvernement, ce dernier se risquera à égrener un chapelet de promesses. Sauf que les syndicalistes, n’étant pas dupes, ont vite  fait d’ignorer le beau discours du ministre qui, selon eux, était tout simplement en quête de popularité dans la capitale économique. Pour  Sylvain Mundounga, porte-parole de l’intersyndicale, « Le mouvement se poursuivra jusqu’à ce qu’une correspondance officielle du gouvernement invite l’Intersyndicale aux négociations ». Une façon très intelligente de rabrouer le ministre du Pétrole, pour lui faire savoir qu’il n’avait aucune légitimité de parler au nom du gouvernement.

Une chose est donc sûre, la situation dans laquelle se trouvent les employés de la province de l’Ogooué-Maritime, n’est pas prête de se terminer de sitôt. Surtout que les mesures prises par le gouvernement à l’encontre des entreprises pétrolières, occupent une place prépondérante dans le chapelet des recommandations.

ADN

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE