Front social : Le personnel de santé au piquet de grève

Front social : Le personnel de santé au piquet de grève

287
0
PARTAGER
Les entrées du CHUL, accès interdit aux usagers.

N’en pouvant plus d’être une fois de plus considérés comme la cinquième roue du carrosse, une fois encore, les agents de santé montent au créneau pour réclamer leur PIP. Cette prime qui semble avoir déjà été réglé à tous les départements, sauf aux agents de santé.

Aujourd’hui, quelle n’a pas été la surprise des patients venus en consultation pour certains, rendre visite à un proche pour d’autres, ou encore venus pour les examens de trouver les grilles du CHUL fermées et bien barricadées. Interdisant ainsi l’accès à toute personne désireuse de s’y rendre. Le personnel soignant, membre des syndicats du secteur de la santé n’avait qu’un seul objectif, faire savoir à qui de droit que tant que la PIP ne leur sera pas payée, la grille du CHUL en particulier, et celles des autres hôpitaux en général, resteront ainsi fermées.

« Nous sommes en ce moment en grève pour manifester notre ral-bol face à l’indifférence et le mépris dont fait preuve le Ministre à notre égard. Comme à chaque fois que nous manifestons un mouvement d’humeur pour revendiquer ce qui nous est dû, toujours on nous en bobine par des fausses promesses. Aujourd’hui, ça ne tient plus, ça ne passe plus tant que nous ne serons pas rentré en possession de ce qui nous revient de droit à savoir la PIP » a martelé un des syndicalistes.

Comme quoi, trop c’est trop ! Ca passe ou ça casse. Car, durant toute cette journée, ils n’ont rien laissé filtrer. Que ce soit les patients mal en point qu’ils redirigeaient avec la plus grande amabilité vers les cliniques environnantes pour leur plus grand bien disent-ils, ou encore leurs propres collègues désireux quant à eux à faire leur travail, celui de sauver des vies. Tous, sans exception avaient l’obligation de rester de l’autre côté de la grille ou simplement de faire le grand tour, c’est-à-dire passer par le ministère de l’Intérieur. A prendre ou à laisser !

« Nous sommes toujours ceux qui réclament la PIP en premier, mais force est de constater que ce sont les autres ministères qui en profitent et nous nous sommes toujours laissés pour compte. Cela à assez durée. Aujourd’hui d’un commun accord avec tous les syndicats de la santé, nous commençons par la fermeture du portail du CHUL, et de toutes les structures sanitaires publiques. Puis, si rien n’est fait d’ici là, même le service minimum sera suspendu jusqu’à satisfaction de nos doléances, car trop c’est trop !! . Nous fait savoir un autre agent de santé.

  1. Julien Ndjimbi, venu avec sa femme ce matin au CHUL pour une probable complication de grossesse de cette dernière, n’a pas manqué d’exprimer son indignation face au comportement jugé irresponsable de ces agents dit de santé « c’est inadmissible ! D’accord on comprend qu’ils sont marginalisés quant au paiement de cette PIP, mais est-ce une raison pour laisser les gens ayant besoin de soins sur le carreau sans rien faire ? Est-ce normal de voir les gens traverser toute la ville, pour ensuite se laisser entendre qu’ils ne peuvent pas accéder au centre de soins tant que leur problème à eux n’a pas trouvé de solution ? N’est-ce pas un cas de non-assistance à personne en danger ça ? »

Autant de questions restées sans réponse. Car à l’heure actuelle, il semblerait que les choses deviennent plus sérieuses.

Daisy Ntongono

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE