Front social/ Conasysed/ Société Civile: Le boycott des examens, pour se faire...

Front social/ Conasysed/ Société Civile: Le boycott des examens, pour se faire entendre

118
0
PARTAGER
Marcel Libama, enfin libre/DR.

Le 24 juin dernier, la Société civile a tenu une assemblée générale (AG) dans les locaux de la Dynamique Unitaire, pour manifester sa solidarité envers cette formation Syndicale, qui semble être l’objet d’oppression depuis quelques temps. Et dénoncer les arrestations arbitraires des membres de la société civile.

Une assemblée générale qui avait pour but, de montrer la détermination des formations syndicales à aller jusqu’au bout de leurs actions. « C’est par solidarité pour notre ami Marcel Libama et du journaliste Juldas Biviga qui sont incarcérés à Tchibanga, pour avoir manifesté leur droit de s’exprimer, que nous sommes réunis ce jour»,  a d’emblée déclaré, Marc Ona Essangui, du mouvement  »Tournons la Page ».

« Depuis 2016, nous constatons que les autorités arrêtent de façon systématique les membres de la société civile, et curieusement se sont toujours ceux de la Dynamique Unitaire qui sont arrêtés, sans parler des membres de la société civile comme Bertrand Zibi, Amiang Washington et tous ceux qui sont emprisonnés aujourd’hui, sans jugement.» a martelé le président de la conasysed, Simon Ondo Edzo.

Pour dénoncer cela, et affirmer que la prison n’est pas le meilleur endroit pour conscientiser l’homme, et que bien au contraire, cela a pour effet, de le radicaliser beaucoup plus, que toutes ces formations réunies, demandent de manière unanime, la libération de Marcel Libama et Juldas Biviga. Et selon Marc Ona Essangui, « Je pense que ce sont des actes qui sont vains, car quand on est activiste, et qu’on vous brandit la prison comme une menace, nous disons que ce n’est pas une menace pour un activiste. Bien au contraire, la prison est une récompense. Car lorsqu’on mène un combat noble et que l’on vous enferme pour cela, pour nous c’est une récompense, c’est comme un prix ».

Pour la société civile, ces arrestations sont considérées comme de simples provocations pour que les examens scolaires ne se déroulent pas. Ils affirment que tous ceux qui sont à l’origine de ces emprisonnements injustifiés, sont contre l’organisation des examens de cette fin d’année.

C’est dans cette optique que le président de la conasysed a attiré l’attention  des parents d’élèves, des élèves,  la communauté nationale et internationale, pour décliner toutes responsabilités quant à la décision qui a été prise, à savoir: le boycott des examens si Marcel Libama n’est pas libéré d’ici Mardi prochain. Les membres de la Conasysed affirment ne pas agir ainsi de gaité de cœur, mais qu’ils seront obligés de le faire, en réponse à cette énième provocation des autorités. « Toute la société civile va s’engager à ce que les examens ne se déroulent pas. Que les parents d’élèves et les élèves prennent déjà leurs responsabilités, pour demander aux auteurs de ces actes de cesser de persécuter, et d’emprisonner les gens sans cause. Parce que nous ne sommes  pas des sujets, nous sommes des citoyens gabonais comme tous les gabonais » ont t-il conclu.

Daisy Ntongono        

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE