Accueil Société Front social/ Administration : vers une paralysie générale?

Front social/ Administration : vers une paralysie générale?

PARTAGER
DR.

Un jour seulement après la grande assemblée générale tenue le 28 février dernier, Dynamique Unitaire, a déposé un préavis de grève sur la table du gouvernement. Un préavis qui prend fin dès le 9 mars prochain.

Va-t-on assister à une paralysie générale dans l’administration  publique ? En tout cas, dès le 09 mars prochain, cela pourra être le cas. Hier, réuni en assemblée générale au stade de basket d’Awendjé, Dynamique Unitaire a dénoncé un certain nombre de dysfonctionnements qui pourraient provoquer la paralysie dans l’administration. C’est donc plus d’une vingtaine de syndicats et des milliers de fonctionnaires qui ont pris part à cette importante rencontre. Entre autre points qui fâches, « il y la réforme de la pension retraite, la violation des libertés et droits syndicaux ou encore l’augmentation des prélèvements de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Mais aussi, la vie chère, les impayés de Prime d’incitation à la performance (PIP), le blocage des situations administratives, la situation de la main d’œuvre non permanente ; mais surtout, la réforme sur le paiement des salaires le 30 du mois. «Le gouvernement est à côté de la plaque). «Ils vont chercher par tous les moyens à nous faire des économies. Si nous acceptons cela, nous sommes morts ». a dénoncé Louis Patrick Mombo, membre influent de Dynamique Unitaire.

Quant à la reforme sur le paiement des fonctionnaires au trentième, Dynamique unitaire pense que « Le paiement au 30 du mois signifie que vous devez être payés par jour de travail, par heure de travail. Nous posons cette question : concernant les enseignants ayant trois mois de vacances, pourront-ils percevoir leurs salaires durant cette période ?».

S’agissant du dossier de la CNAMGS et l’avancement automatique, la puissante centrale syndicale indique « On ne peut pas accepter que l’on nous prélève 2,5% pour la CNAMGS, alors que les pharmacies refusent de nous servir»,.

C’est donc là une grève qui s’annonce avec des conséquences importantes dans l’administration, du moins, si le gouvernement ne revoit pas sa copie.

PARTAGER