Formation des jeunes gabonais: quid des emplois ?

Formation des jeunes gabonais: quid des emplois ?

143
0
PARTAGER
DR.

A chaque remaniement du gouvernement,  les nouveaux  responsables du département de la formation professionnelle ou en charge de l’emploi, élaborent  des projets à coût de millions de nos francs. Mais une fois la formation terminée, l’on constate, pour le regretter, que ces nombreux jeunes   reviennent gonfler les effectifs des chômeurs du pays.

D’un coût total de 57 milliards de fcfa, le projet de développement des compétences et de l’employabilité a été lancé  le 14 juillet dernier, par la Banque Mondiale et  le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation technique et professionnelle, et de l’Insertion des jeunes, Eloi Nzondo.  Ce projet, financé  entièrement par la Banque mondiale, s’adresse aux jeunes Gabonais âgé de 18 à 34 ans, peu scolarisés ou pas du tout scolarisés. Une initiative intéressante  pour améliorer l’employabilité des  jeunes, mais ne règle pas le problème du chômage, d’où  l’inquiétude des jeunes à l’annonce de ce projet. Car, pour beaucoup de ces jeunes plusieurs projets similaires ont vu le jour dans le pays,  mais à la fin des formations il n’y a pas d’accompagnement pour permettre aux jeunes de trouver de l’emploi.  Malgré les stages et l’obtention des attestations de formation tous ces jeunes sont au chômage.

Ce projet a également pour objectif d’accroître l’offre de formation, avec   la construction de nouveaux centres destinés aux métiers des BTP et des TIC, la réhabilitation de 21  lycées techniques,  de centres de formation et de développement des compétences dans les secteurs porteurs de croissance.

C’est donc une initiative louable, mais qui devrait nécessiter un meilleur  suivi, pour permettre aux jeunes  gabonais, au sortir de ces formations d’obtenir un emploi, au lieu de revenir grossir les effectifs des chômeurs du pays, comme c’est souvent le cas.

ADN

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE