Accueil Société Fonds des arriérés de salaire à la Sogatra : bruits de détournement au...

Fonds des arriérés de salaire à la Sogatra : bruits de détournement au ministère des transports

PARTAGER
©DR

Il s’agirait de la côte part d’une grosse légume en poste au cabinet du ministre des Transports, sur les 2 milliards décaissés par le Trésor public pour le paiement de sept (7) mois d’arriérés de salaire dus aux agents de la Société gabonaise de transport (SOGATRA).

 L’affaire des milliards des agents de la Société gabonaise de transport (SOGATRA), devant servir au règlement de sept mois d’arriérés de salaires, est en passe de connaitre un rebondissement. Selon certaines sources, une grosse légume en poste au cabinet du ministre des Transports aurait perçu 90 millions sur les 2 milliards 100 millions décaissés des caisses du Trésor public pour le paiement de sept mois d’arriérés de salaires aux agents de la SOGATRA. Ce n’est un secret pour personne, les agents de la SOGATRA interpellent désormais le gouvernement, via le ministère des Transports, de l’Equipement, des Infrastructures et de l’Habitat, afin que la tutelle leur permette de rentrer dans leurs droits. Sauf que, du côté du ministère, semble-t-il, l’actuel ministre dit ne pas être mêlé dans cette affaire, pour la simple raison que les faits se sont déroulés avant son arrivée à la tête de ce département ministériel.

 De sources dignes de foi, Mr Gnala, alors directeur général de la SOGATRA, avait entrepris, auprès du ministère du Budget, la mise à disposition à la la Sogatra, d’une somme correspondant à neuf mois de salaires, au titre du paiement des arriérés de salaires à son personnel. Il obtient gain de cause, après moult tractations au niveau du Trésor public. Sauf qu’au moment du décaissement de la manne, ce dernier est relevé de ses fonctions, pour céder la place à Bruno Minko mi Ngwa. Puis patatras. Personne, ni au ministère des transports, encore moins à la direction générale de la SOGATRA, n’entendra plus parler de cet argent. Inutile de dire que les agents demeureront dans l’attente des paiements jusqu’au moment où l’affaire est mise au goût du jour, suite à un mouvement d’humeur.

Dans l’une de ses dernières livraisons, notre confrère ‘’La Loupe’’ met en évidence quelques détails sur ce dossier. Le confrère fait état de la déclaration de l’ancien ministre des transports, Justin Ndoundangoye, sous le magister duquel l’argent des agents de SOGATRA a disparu. Il se dit que l’ancien ministre, aujourd’hui incarcéré à la prison centrale de Libreville, aurait conseillé à la force publique de s’adresser à l’actuel directeur général de la SOGATRA et à son parrain sur l’affaire des milliards disparus. Si ces propos devaient être pris au sérieux, ils indiquent clairement la responsabilité de l’actuel directeur général de SOGATRA et son promoteur.

A noter que les 2 milliards représentaient la masse salariale de l’époque, qui demeure introuvables à ce jour dans les comptes de la SOGATRA.

Ce n’est pas tout. De sources syndicales, Bruno Minko mi Ngwa aurait ordonné la suspension des salaires des membres du bureau du syndicat élu démocratiquement par le personnel de SOGATRA. Depuis six (6) mois déjà, ces compatriotes sont suspendus de leur activité professionnelle et interdits de mettre pieds à la SOGATRA. Il serait reproché aux intéressés d’avoir interpellé la direction générale sur la question des 2 milliards décaissés par le trésor public, en vue du paiement de leurs arriérés de salaires. Un crime de lèse-majesté que leur fait payer, au prix fort, l’administrateur directeur général de SOGATRA.

Le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi aurait été saisi de l’affaire, sauf que de ce côté, c’est le silence radio.

(Nous y reviendrons)

 

PARTAGER