Facteurs et éléments déclencheurs des maladies liées à la santé mentale

Facteurs et éléments déclencheurs des maladies liées à la santé mentale

127
0
PARTAGER
Le centre de santé mentale de Melen, a besoin d'une restructuration/DR.

La célébration ce jeudi, de la journée mondiale de la santé mentale de par le monde, est l’occasion ou jamais de voir la place que donne le Gabon à cette maladie. Mais, surtout, de déterminer les facteurs de risques et les éléments déclencheurs de ce mal.

 Jeudi dernier, au Gabon et partout dans le monde, la question de la santé mentale était à l’honneur. A travers le thème « la santé mentale au travail », l’organisation mondiale de la santé (OMS), a pour objectif de réduire le plus possible, tous les facteurs de risques et les éléments déclencheurs des troubles mentaux au travail. En effet, selon l’OMS, les personnes susceptibles d’être les plus vulnérables à ces troubles, sont ceux exerçant une activité professionnelle. L’obtention d’un emploi est certes un facteur de protection, mais lorsque celui-ci est effectué dans un cadre négatif, provoquant l’anxiété, la dépression, le stress, la personne est dans ce cas, sujet à des problèmes de santé au niveau physique ou mental. « Plus de 300 millions de personnes souffrent de dépression, ce qui est la principale cause d’incapacité. Et plus de 260 millions présentent des troubles de l’anxiété… »

Pour ce type de maladie, il est recommandé de consulter des spécialistes ou de se rendre dans des structures spécialisées. Au Gabon, il s’agit du Centre national de santé mentale de Melen. Malheureusement, force est de constater que cet unique centre, spécialisé dans la prise en charge de cette maladie, fonctionne au ralenti, et est dans un état des plus déplorable. On y rencontre des stagiaires oisifs, en manque d’activités et ce, malgré les 30 pensionnaires que la structure abrite. « Les activités, si l’on peut dire, se limiteraient aux soins ambulatoires ». S’indigne un usager. »Pour toute explication, la direction avance que la structure rencontrerait quelques problèmes d’ordre financier ».  Laisse entendre un agent de santé.

Il faut dire que les travaux de construction des bâtiments prévus pour l’hospitalisation des malades, ne sont toujours pas allés à leur terme. Et que ceux encore débout sont dans un piteux état. La literie et les appareils médicaux y font cruellement défaut. En somme, rien ne va dans cette structure. 

Daisy Ntongono

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE