Accueil Société Entretien: Louis Patrick Mombo« La CONASYSED n’est pas un bras séculier de l’opposition,...

Entretien: Louis Patrick Mombo« La CONASYSED n’est pas un bras séculier de l’opposition, ni de la majorité » 

PARTAGER
Louis Patrick Mombo, délégué général de la Conasysed/©DR

A quelques jours seulement de la rentrée administrative et effective des classes 2019-2020, la Rédaction de votre hebdomadaire ‘’LE TEMPS’’, dans sa nouvelle rubrique ‘’invité du mois’’ s’est rapproché du  Délégué Général de la Convention Nationale des Syndicats du Secteur Education (CONASYSED), Louis Patrick Mombo, pour fixer le cap des attentes des enseignants et les perspectives d’avenir.   

 

Pyramidmédiagabon: La rentrée des classes 2019-2020, prévue le 30 septembre prochain, sur l’ensemble du territoire national, se fera-t-elle avec ou sans la CONASYSED ?

 Louis Patrick Mombo:

La rentrée scolaire 2019-2020 avec la CONASYSED sera ce que le gouvernement voudra bien qu’elle soit, en tenant compte ou non des préoccupations  des enseignants.

Où en êtes-vous avec le dossier de vos collègues enseignants sans postes budgétaires ?

Nous attendons que le gouvernement puisse régulariser, avant la rentrée scolaire, les situations administratives et financières de tous les enseignants (recrutement, intégration, titularisation, avancement automatique, reclassement après stage). Egalement, nous attendons le paiement des rappels,  soldes, l’organisation des concours internes d’entrée à l’ENS et à l’ENI, suspendus depuis 2014, l’annulation des mesures d’austérités, la réponse aux préalables posés, par la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire, au gouvernement, le 23 avril 2019. L’ouverture d’un véritable dialogue social conformément aux critères de l’OIT 3.

Depuis les délibérations des examens de fin d’année 2019, notamment dans le cycle primaire, de nombreux élèves admis en 6ème  ont été orientés  dans les établissements indépendamment de leur volonté et loin de leur lieu d’habitation, faute de structures d’accueils disponibles. Quelle sera la meilleure carte scolaire, selon vous, dans le système éducatif gabonais ?

La meilleure carte scolaire, selon la Conasysed, c’est celle qui empêche les parents d’élèves d’inscrire leurs enfants dans un autre établissement que celui de leur secteur. Pour cela, le gouvernement doit construire davantage d’établissements  scolaires.

La Convention Nationale des Syndicats du Secteur Education fait l’objet de suspension, depuis 2017, de la part des autorités gouvernementales, où en êtes-vous avec le dossier de réhabilitation ?

 Le 23 avril 2019, le Premier Ministre a prononcé la réhabilitation de fait de la CONASYSED. Nous attendons un acte formel administratif en l’occurrence un arrêté qui vient matérialiser cette décision.

La majorité des principaux  leaders de la CONASYSED affichent régulièrement leur appartenance à l’opposition sur l’échiquier politique national. Cette situation ferait-elle de facto votre convention syndicale un bras séculier de l’opposition ?

La CONASYSED n’est pas un bras séculier de l’opposition, ni de la majorité. La CONASYSED est indépendante et autonome. Elle est au service des enseignants. Elle défend uniquement les intérêts des enseignants. Elle n’a pas vocation de conquérir le pouvoir politique.

Avez-vous une dernière préoccupation ?

 A quelques jours de la rentrée administrative prévue pour le 16 septembre 2019. Nous nous interrogeons sur le retard pris par le ministère de l’éducation nationale dans la publication des mouvements des personnels (affectations, mutations (…) (…).

                                           Interview réalisé par Rufin Martial Oke Nze

PARTAGER