Accueil Société Enset : Nganga Kouya ne lâche pas l’affaire

Enset : Nganga Kouya ne lâche pas l’affaire

PARTAGER
DR:

Donatien Nganga Kouya, directeur général sortant de l’école normale supérieure d’enseignement technique, dont le dossier de candidature s’est vu rejeté lors du dernier conseil d’administration revient dans une interview accordée à nos confrères d’Echos du Nord sur les raisons de ce rejet. Pour lui, c’est une grossière mascarade.

Pourquoi Nganga Kouya en fait-il autant ? Est-ce parce que parmi les DG et autres recteurs en fonctions, seul lui ne pourra plus briguer un prochain mandat à la tête de l’Enset? Pourtant, après avoir passé près de 10ans à la tête de cette grande école, il peut au moins  céder son fauteuil à un autre de ses collègues. Que nenni.

En effet, alors que son dossier avait été rejeté lors du dernier conseil d’administration tenu en juin dernier, Nganga Kouya pense toujours qu’il est le seul capable à mieux gérer l’Enset. Dans une interview accordée à nos confrères d’Echos du Nord, le directeur général sortant parle  d’«une grossière mascarade». Il pense que  son «dossier aurait dû être validé»,  « ma candidature résulte de ce qu’étant la seule crédible de par le contenu», revendique t-il. 

Mieux, Il dit voir  un acharnement de la part du ministre de l’Enseignement supérieur et des autres membres du conseil d’administration, dont-il accuse d’avoir  violé la loi.

Pourtant, à en croire un communiqué signé du ministère et qui vient éclairer l’opinion sur cette situation, le point qui fait chuter Nganga Kouya, c’est bien le bilan de gestion qu’impose l’arrêté 001/MESRS/CABM. A la surprise générale, indique le communiqué,  Nganga Kouya a dit ne pas être au courant de cette exigence. Or,  il estime que ce bilan a été partiellement présenté  «en réalité, mon bilan était fondu dans mon CV et dans mon Projet de gouvernance institutionnelle pour éviter les redites. C’est à la lecture de ces deux documents que forcément le conseil aurait su et lu les efforts que j’ai consacrés tout au long de ma gouvernance», s’en défend-t-il.

Pourtant, dit-il, il s’est toujours soumis à  la présentation d’un bilan à chaque conseil d’administration «Le dernier conseil s’est tenu le 17 décembre 2017, il y a six mois seulement. Qui peut donc croire qu’à cette date j’ai pu présenter un bilan et que je n’en sois plus capable six mois plus tard ?».

La question est de savoir jusqu’où compte aller Nganga Kouya, s’il advient que son recours soit définitivement rejeté ?  

PARTAGER