Accueil Société Enseignement supérieur : vers la régularisation des situations des enseignants-chercheurs pré-salariés

Enseignement supérieur : vers la régularisation des situations des enseignants-chercheurs pré-salariés

PARTAGER
/©DR

Le collectif des enseignants- chercheurs  pré-salariées et non pré-salariés s’inquiète de sa situation qui selon lui n’a que trop durée, et voudrait voir son épilogue : face à cela, la tutelle rassure.

« La régularisation des situations administratives, les reclassements après le CAMES pour beaucoup ainsi que la prise en compte de la retraite en conformité avec le nouveau système de rémunération », sont autant de points qui continuent d’interpeller les enseignants- chercheurs en situation de pré salaire ou non. Des  inquiétudes qui avaient déjà été mentionnées par le SNEC (syndicat national des enseignants et chercheurs)  lors de certaines de ses sorties.

Aujourd’hui, tout porte à croire que ces revendications commencent   à trouver un écho favorable auprès des responsables de l’enseignement supérieur qui reconnaissent la légitimé de ces dernières d’ailleurs, Georgette Sadibi Bouka, la directrice centrale des ressources humaines du ministère de l’enseignement supérieur au fait du dossier, affirmera que les dossiers sont traités à la fois par le ministère de tutelle, celui de la fonction publique et du budget : ce qui pourrait expliquer le ralentissement constaté dans le processus de régularisation.

 Elle a par ailleurs rassuré les enseignants concernés  lors d’une interview « ce qui est certain, s’ils sont en pré salaire, ils finiront bien par avoir leur salaire »  mais que dire de ceux qui ne sont pas encore en pré salaire ?  De manière concrète, les situations administratives seront régularisées mais la procédure demande un certain temps qui pourrait paraitre long pour les concernés.

Un acquis néanmoins, 78 dossiers de l’enseignement supérieur sur les 1 013 traités par la fonction publique ont vu leur attestation de recrutement être établies : un pas qui redonne de l’espoir à ceux qui continuent d’attendre leur tour.

JB

PARTAGER