Accueil Société Enseignement supérieur/UOB : de nouveau à l’arrêt

Enseignement supérieur/UOB : de nouveau à l’arrêt

PARTAGER
DR

Une grève générale a été lancée à l’université Omar Bongo, ce lundi 09 avril. Celle ci fait suite au mouvement de grève généralisé par Dynamique Unitaire, qui dénonce depuis peu les réformes prises par le gouvernement de la République.

Comme il fallait s’y attendre, à l’université Omar Bongo, c’est à nouveau le débrayage. Ce lundi, le syndicat national des enseignants chercheurs a décidé de remettre ça ; La section Snec de l’UOB dit être solidaire de Dynamique Unitaire, le regroupement des syndicats qui a décidé d’aller en guerre contre les reformes du gouvernement, prises en conseil des ministres, en février dernier. Cette campagne de Dynamique Unitaire vise aussi, et surtout, à emmener le gouvernement  à mieux gérer l’argent du contribuable. Pour le patron SNEC de l’UOB, il faut mettre fin à ces reformes  « l’annulation pure et simple de l’ordonnance du 23 février du Conseil des ministres ». Pour  Mike Moukala Ndoumou «cette ordonnance  a pour objectif de privatiser, militariser et monarchiser l’agent public».

Aussi, la revalorisation de la pension retraite, conformément au nouveau système de rémunération dans sa donne actuelle, n’enchante pas les syndicalistes. « Avec la nouvelle redistribution, le maximum du salaire de base de l’agent public est évalué à 1,122 million de franc de manière générale ; et pour un enseignant-chercheur en dernière catégorie, ce salaire de base peut atteindre 2 millions de francs. Pourtant, avec le décret actuel, notre retraite sera calculée sur la base de 702 000 francs», a expliqué un membre de Dynamique Unitaire.  

L’autre point qui fâche concerne directement les enseignants de l’université Omar Bongo. Il s’agit du dossier Cames, dont les reclassements sont restés bloqués depuis 2014. D’où les enseignants réclament la réouverture.

Autant dire que l’activité académique sera perturbée,  à moins de deux mois de la dernière grève.

 

PARTAGER