Enseignement supérieur : ENS le torchon brûle

Enseignement supérieur : ENS le torchon brûle

882
0
PARTAGER
L'entrée de ENS

La situation est plus que délétère à l’Ecole Normale Supérieure où la direction générale et le corps enseignant ne regardent plus dans la même direction. Raison de cette situation désolante, les arriérés de plusieurs vacations.

Il faut dire que les problèmes que rencontrent en ce moment l’Ecole Normale supérieure n’émanent pas forcement de la direction générale de cet établissement d’enseignement supérieur, mais de la trésorerie que connaissent plusieurs administrations. Sauf que l’attitude adoptée par le Pr Martial Nkiet, le Directeur Général de cette Ecole, ne rassure pas les enseignants visiblement désabusés.

Face à une telle situation plus que désolante, l’enseignant de Mathématiques, Pr Nkiet, brillerait par une nonchalance qui ne dit pas son nom. Mieux, quand il trouve une piste de solution, il préfère privilégier certains enseignants, notamment les chefs de départements et d’autres enseignants des sciences comme lui-même.

Ce fut  le cas de 109 millions débloqués pour le compte de l’ENS par le trésor public. Il faut dire c’est prêt d’un milliards qui serait sortie des caisses de l’Etat pour résoudre les problèmes des arriérés que connaissaient les grandes écoles du Gabon, dont les patrons s’étaient réunis en collectif pour booster le trésor à payer cette dette. Pr Nkiet, au lieu de satisfaire tous ses collaborateurs avait plutôt opté pour payement des heures supplémentaires, qui ne seraient le minuscule de problèmes. Affirme un enseignant.

Il est important de souligner que les vacations dont-il s’agit ici sont entre autre : les heures supplémentaires, l’encadrement des stagiaires, enseignants, inspecteurs, conseiller pédagogiques et conseillers d’orientations. Il s’agit également du payement des vacations liés à l’organisation des synthèses, des partiels et des rattrapages.

Pour se faire entendre, ces enseignants membres du SNEC ENS, ont dans un  premier temps appelé à une grève de trois jours d’avertissement. Sans succès. Depuis lors, ils ont décidé de rentrer en grève au cours d’une Assemblée Générale, jusqu’à satisfaction.

Serge Du Palvier

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE