Accueil Société Elections Enset: Nganga Kouya conteste sa mise à l’écart

Elections Enset: Nganga Kouya conteste sa mise à l’écart

PARTAGER
DR:

 Le directeur général sortant de l’Ecole normale supérieure d’Enseignement technique (ENSET) ne souhaite pas quitter ce que ses contempteurs appellent  »sa mine d’or ». Il refuse d’appliquer la décision du Conseil d’administration de l’établissement tenu le 27 juin…

 »Les décisions issues du Conseil d’administration du 27 juin 2018 sont nulles et non avenues », affirme Donatien Nganga Kouya, maître de conférences et directeur général sortant de l’Enset dans une interview accordée le week-end dernier au quotidien L’Union. Ces propos, d’une exceptionnelle gravité il faut en convenir, ne sont pas de nature à apaiser le processus lié aux élections des chefs d’établissement. Surtout que celui qui a dirigé l’Enset pendant près de 10 ans après l’éviction du Pr. Jean-Sylvain Békalé Nzé Essone, estime qu’il est  »le seul remplissant les critères pour occuper le poste ».

Jean-Christophe Moundjigui, Christian-Didier Mouity et Samuel Mezui m’Obiang, tous docteurs et enseignants permanents dans l’établissement, qui ont vu leurs candidatures retenues et  »nominées » par les membres du jury, ne seraient-ils que des usurpateurs, des faussaires ?

Visiblement, Donatien Nganga Kouya se comporte comme  un  »mauvais perdant ». Même s’il affirme, dans L’Union, savoir faire un bilan, il reste qu’il n’a pas été en mesure de le faire devant les membres du jury qui lui demandaient pourtant de le faire lors des élections. A la différence d’un Ropivia qui a présenté son bilan lors de l’élection à l’UOB,  »le seul maître de conférences de l’Enset »  ne disposait, selon ces sources, que de son projet de gouvernance institutionnelle. Les raisons de son attitude sont-elles à aller chercher ailleurs ? Pour beaucoup de membres du personnel, cela paraît certain.

L’ENSET, une mine d’or que l’on ne veut pas quitter ?

Car selon des sources  »proches du dossier »,  »si Nganga Kouya monte ainsi au créneau, c’est moins parce qu’il a un vrai projet pour l’Ecole normale supérieure d’Enseignement technique, que parce qu’il ne veut pas quitter la mine d’or qu’est l’Enset ». Ces sources qui n’ont pas peur d’un procès de la part de Nganga Kouya affirment que  »l’amphithéâtre et les ateliers Bois et Génie civil procurent de l’argent à l’établissement à travers les locations dont ils sont l’objet. Ces structures de l’Enset sont en effet régulièrement louées, soit pour des mariages, des réunions et même des remises de diplômes d’autres établissements, et les ateliers reçoivent aussi des commandes qui permettent des recettes sur lesquelles l’Enset peut payer des primes à ses agents. Or, depuis sept trimestres, les primes ne sont pas payées aux agents, et les salaires n’ont plus été augmentés depuis son arrivée à la tête de l’établissement ; au contraire, ces salaires ont subi des coupes ; depuis, il n’aime pas le dialogue social ». 

Pour le personnel qui attend des changements à la tête de cette structure universitaire, il ne fait aucun doute qu’au-delà des aspects universitaires qui ont amené au rejet de sa candidature et qu’il conteste,  »c’est tout simplement le refus de quitter cette mine d’or sur laquelle il était assis qui est manifeste » !

PARTAGER