Accueil Société Education Nationale: La première grève sous l’ère Nadine Patricia Anguile Obame

Education Nationale: La première grève sous l’ère Nadine Patricia Anguile Obame

PARTAGER
Nadine Patricia Anguile, Misnitre de l’Éducation nationale/(c)internet.

Ça y est. La principale convention des syndicats de l’éducation nationale, la Coansysed a remis ça. Ainsi, depuis hier, elle observe une grève d’avertissement. Nadine Anguile Obame a de quoi lâcher la patate chaude.

Ce n’était qu’une question de temps, pour que la convention des syndicats de l’éducation nationale sonne la fin de l’état de grâce pour Nadine Patricia Anguile, la ministre de l’éducation nationale. Elle qui depuis son arrivée, n’a pas changé la donne pour améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants, selon la Conasysed. Bien au contraire, à en croire certaines indiscrétions, elle a brillé jusque-là par un manque de volonté de mettre fin aux maux qui minent ce secteur. C’est le cas, notamment, des invitations adressées individuellement aux leaders de la Conasysed. Toute chose qui n’était pas du goût de cette centrale syndicale.

Réunie donc le 28 décembre dernier, au stade de Basket de la cité d’Awendjé dans le quatrième arrondissement de Libreville, la Conasysed a profité de l’occasion pour éplucher certains points inscrits dans le cahier de charges. A savoir : la réhabilitation de la Conasysed ; les affectations, mutations et sanctions à l’endroit des leaders pour raisons de grèves ; les conseils de discipline arbitraires des enseignants syndicalistes ; l’annulation de l’approche par compétence ; faute d’outils y relatif et l’arnaque corolaire de 8000 FCFA à débourser par les parents d’élèves pour achat des livrets. Ce n’est pas tout. L’organisation des concours internes d’entrée à l’école normale supérieure (ENS) en attente depuis 20014 ; l’annulation du double flux ; la construction des établissements scolaires, la réduction des salaires  des enseignants dès janvier 2018 et bien d’autres, sont venus s’ajouter à cette longue liste. « Tous ces  points sont non négligeables pour mettre fin aux maux qui minent le secteur de l’éducation dans notre pays », a laissé entendre un leader syndical lors cette AG.

C’est donc depuis hier, mercredi 03janvier que cette grève a démarré. Elle devra s’étendre certainement jusqu’à satisfaction. Visiblement, les promesses d’Ali Bongo à la Saint-Sylvestre, liées à l’éducation nationale, n’ont pas reçu un écho favorable.

B.B

PARTAGER