Accueil Société Education nationale : la patate chaude dans les mains de Me Francis...

Education nationale : la patate chaude dans les mains de Me Francis Nkea Ndzighe

PARTAGER
DR.

Va-t-il pouvoir la tenir ? Pourra-t-il se plier aux exigences des syndicalistes ? Va-t-il tourner sa langue 7 fois avant de parler ? Autant de question que se pose l’opinion au lendemain de la nomination de Mr Francis Nkea Ndzighe comme ministre de l’Education nationale dans le gouvernement Issoze Ngondet3.

Faut-il rappeler que le passage de cet auxiliaire de justice comme Garde des Sceaux lui a valu une sortie par la petite porte, du fait de son bras de fer avec le Syndicat National de la Magistrature (Synamag). Il déclencha la colère du Synamag après avoir traité les magistrats de corrompus. Le syndicat a appelé à sa démission contre leur reprise des chemins qui mènent auPalais de Justice. Le Synamag a eu la tête de Me Francis Nkea.

Ministre du département de l’Habitat et de l’urbanisme, il s’est fait moins visible. Malgré la grève des étudiants de l’école de l’urbanisme et du cadastre qui exigeaient le payement de leur bourse, et celle du personnel de l’ANUTTC, entité autonome, Francis Nkea Ndzighe n’a pas été trop bousculé.

Quid du département de l’éducation nationale dont il a pris la tête ? Connaissant les maux qui miment ce département particulièrement sensible, que va-t-il faire ? Va-t-il tenir où plusieurs de sesprédécesseurs ont lamentablement échoué ? Va-t-il se plier aux exigences des syndicats ?

Au département de l’éducation nationale, il va devoir faire face à une grève en cours des enseignants qui réclament le payement desvacations 2017 pour le compte du Baccalauréat. Toujours en attente de leur dû, les enseignantsmenacent,euxaussi, de boycotter le bac 2018, comme leurs collègues du BEPC qui ont boycotté la première partie de cet examen.

Que dire de la Conasysedqui, du fait d’une suspension de ses activités par le ministère de l’Intérieur, refusetoujours de prendre part à une réunion organisée par la tutelle, si le syndicat n’est pas rétabli dans ses droits ?

Autant de dossiers brulants qui attendent Nkea Ndzighe, bien évidemment, de celui sur la construction des établissements. Son prédécesseur n’avait procédé qu’à la réhabilitationd’anciens bâtiments. Ne surtout pas oublier, qu’il y a plus de 1000 nouveaux enseignants qui sont toujours sans salaire.

Le maçon sera jugé au pied du mur.

 

PARTAGER