Accueil Société Education nationale: malgré des grincements de dents, les nouveaux promus installés dans...

Education nationale: malgré des grincements de dents, les nouveaux promus installés dans leurs nouvelles fonctions

PARTAGER
©DR.

S’en est fallu de peu pour que des inquiétudes naissent quant à la date de l’installation des nouveaux Chefs d’établissement et de circonscriptions scolaires : c’est désormais chose faite depuis le 8 octobre dernier, même si ces installations ont un arrière goût pour certains syndicalistes œuvrant dans le secteur éducation.

La veille de la rentrée scolaire 2019-2020 aura été mise à profit par le gouvernement pour rendre publique, la liste des nouveaux chefs d’établissement et de circonscriptions scolaires. Jusque là, c’était encore le calme plat ; même  si quelques interrogations pouvaient être enregistrées. Pour dissiper toute doute et faire taire les supputations, les nouveaux promus ont été installés dans leurs nouvelles fonctions.

Ils étaient au total 35 chefs d’établissements et 5 chefs de circonscriptions à qui la directrice d’académie provinciale de l’Estuaire, Pétronille Minkoue s’est adressée en ces termes « je voudrais compter sur les nouveaux promus pour que le travail se fasse bien » non pas parce que les anciens auront démérités, mais ces paroles sont plutôt perçues comme des encouragements pour  les nouveaux promus,  qui devront relever les défis majeurs et faire face à  d’acerbes critiques.

D’ailleurs, le Sena (syndicat de l’Education Nationale) de Fridolin Mve Messa lors de  sa rentrée syndicale le 5 octobre dernier, a dit être offusqué de ce que certaines de ces nominations étaient « pleines d’irrégularités et d’incohérences, car ne reposant sur aucun fondement juridique » a déclaré le SG du Sena. Selon une source digne de foi, certains Chefs d’établissements exigeraient à leurs collègues promus la présentation des décrets pris en conseil de ministres afin de libérer leur poste. Or il se trouve que les nouvelles nominations seraient l’émanation d’un « simple » arrêté ministériel : y’aurait – il donc là, un conflit de compétence ?

Quoi qu’il en soit, les promus  n’ont pas caché leur joie et ont dit donner le meilleur d’eux- pour réussir dans leurs nouvelles fonctions.

J B

PARTAGER