Education : Conasysed, l’ultime avertissement

Education : Conasysed, l’ultime avertissement

382
0
PARTAGER
Les membres de la Conasysed, lord du point de presse/ pyramidmediagabon.

« Pour éviter un nouvel embrassement dans le secteur éducation au moment où les choses semblent s’apaiser après l’allègement du mouvement de grève qui est désormais observé un jour par semaine, c’est-à-dire tous les lundi depuis le 08 mai 2017… » la CONASYSED demande au Gouvernement de renoncer à ses mesures sentencieuses, prises contre ses membres. Elle exige l’annulation pure et simple de cette décision illégale de traduire en conseil de discipline de certains enseignants, la relaxe du Délégué Provincial CONASYSED de la NYANGA, Cyprien Moungouli…

La grève qui est la cessation collective et concertée du travail par les salariés d’une entreprise en vue d’appuyer des revendications professionnelles, semble aujourd’hui être considérée comme un crime passible de sanction au Gabon.

A cela s’ajoutent des détentions préventives des leaders syndicaux, les gardes à vue arbitraires, les suspensions des salaires, l’interdiction illégale des activités de la CONASYSED, des menaces de radiation, des traductions sélectives en conseil de discipline…

S’agissant de ce dernier point, le délégué général, porte parole de la CONASYSED, Simon NDONG EDZO à tenu à préciser que la véritable raison pour laquelle ces syndicalistes sont appelés à comparaitre en conseil de discipline, n’est certainement pas comme l’affirme la tutelle, à savoir : l’absence au poste de travail, « l’argument d’absence au poste n’est qu’un habillage pour éviter de parler des agents en grève » a martelé le leader syndicaliste.

Face à de nombreuses violations de lois constatées, concernant la condition du personnel enseignant, l’article 9 du code de déontologie de la Fonction Publique  dispose : « l’administration est neutre. Elle ne doit exercer aucun traitement discriminatoire vis-à-vis de ses agents en raison des considérations subjectives ». Ces derniers souhaitent savoir pourquoi le gouvernement s’acharne sur eux, lorsqu’ils savent que « les détournements des deniers publics, les fraudeurs aux examens, ceux qui commettent le faux en écriture, les escrocs… dont les fautes sont avérées,  ne sont pas traduits en conseil de discipline »

Selon le délégué général de la CONASYSED, en agissant ainsi, le gouvernement tue la CONASYSED et ses membres, et à terme supprime le syndicalisme au Gabon ». Pour ce faire, la CONASYSED dit prendre à témoin l’opinion nationale et internationale, quant au manque de respect des droits des travailleurs, des libertés et droit syndicaux et des droits de l’homme, qui sont consubstantiels à l’exercice de la démocratie.

Daisy Ntongono

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE