Accueil Société Disparition des containers : la présidence veut des ‘’peines exemplaires’’

Disparition des containers : la présidence veut des ‘’peines exemplaires’’

PARTAGER
Ike Ngouoni le porte parole de la Présidence de la République/©Communication présidentielle

Par la voix de son porte-parole, Ike Ngouoni, la présidence de la République a dit tout le mal qu’elle pense de la disparition de 353 containers. Pour elle, une telle affaire ne peut passer ainsi, sans qu’il y ait des sanctions sur les coupables de cette mystérieuse disparition des containers chargés de bois précieux.

Une semaine après la sortie du procureur de la République, déclarant la disparition de 353 containers au port d’Owendo, l’affaire ne semble pas être négligée par le bord de mer de Libreville, siège de la présidence de la République. Dans un communiqué lu par son porte-parole, Ike Ngouoni, la présidence de la République a dit tout le mal qu’elle pense de cette disparition des bois précieux. Elle estime qu’une telle affaire ne peut passer sans que les coupables de cette importante disparition ne soient sanctionnés. Pour une perte d’une « extrême  gravité », le palais présidentiel exigé des « peines exemplaires »

Si pour l’instant, aucune piste n’a été donnée, le porte-parole estime que quel que soit l’identité, les rangs des coupables  « la justice, avec le temps qui la caractérise, doit faire son travail. Elle le fera en toute indépendance. En parallèle, son Excellence Monsieur le président de la République prendra toutes les mesures qui s’imposent, sur le plan administratif comme politique. Si des responsables, quels qu’ils soient, où qu’ils soient, ont failli, ils seront durement sanctionnés. Notre bras ne tremblera pas. La corruption n’a pas sa place au Gabon», a laissé entendre le conseiller porte-parole de la Présidence de la République. 

Il faut dire que depuis la disparition de ces containers, certaines indiscrétions indiquent  que 18 de ces containers auraient été identifiés en Chine. Alors que ce bois précieux  prêts à être exportés dans des containers venaient d’être mis entre les mains de la justice, donc sous scellés. .

PARTAGER