Des logements à polémique à Angondjè et à Bikele

Des logements à polémique à Angondjè et à Bikele

352
0
PARTAGER

Depuis que les dossiers des potentiels occupants ont été déposés, les choses trainent. Une situation qui a poussé les intéressés à occuper, le 29 juin dernier, ces logements, bien que de façon illégale.

C’est un désordre total qui a prévalu dans les sites où les émergents avaient fait semblant d’ériger des logements sociaux ; notamment à d’Angondjè et à Bikele. Ceux des compatriotes qui avaient introduit leurs dossiers, avaient décidé de prendre le taureau par les cornes, en les occupants de force. Vu que les procédures d’acquisition de ces maisons tardent. Ils ont donc envahis les logements comme le relate Pierre Claver Ndong, l’un des occupants. « On a déposé les dossiers d’acquisition des maisons depuis des lustres, mais on attend les résultats depuis lors. C’est pourquoi on s’est rendu sur place ; on n’est pas des vandales », a-t-il expliqué.

Suite à cet envahissement, qualifié d’illégal, le ministère de l’Urbanisme et du Logement a lancé immédiatement un ultimatum à ces ‘‘squatters‘’. Mais les populations ne l’entendent pas de cette oreille, et cet acte n’est rien d’autre que l’expression de leur ras-le-bol.

Sur les 700 logements dénombrés, l’essentiel a été envahi par des agents des forces de l’ordre. Ce qui pourrait compliquer l’équation des décideurs, parce qu’en cette période particulière, cette catégorie d’agents de l’Etat, est aux petits soins. Et il ne faut surtout pas les fâcher ! Au risque de ne plus avoir un allié certain, pour la répression annoncée lors du coup de force électoral qui se prépare.

Et l’opinion attend de voir comment ce dossier sera géré d’ici le 27 aout prochain.

Nalette Beverly Obono

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE