Accueil Société Curie Diocésaine de Libreville : Quand la géopolitique étend ses tentacules !

Curie Diocésaine de Libreville : Quand la géopolitique étend ses tentacules !

PARTAGER
Les prêtes de l'église catholique du Gabon/DR.

La liste des affectations, pour l’année pastorale 2019-2020 dans l’Archidiocèse de Libreville, est connue depuis le 06 octobre 2019 dernier, par les fidèles de cette confession religieuse qui viennent de clore le jubilé de ses 175 ans de présence au Gabon.  Mais, des nominations et affectations dominées par une forte coloration géopolitique au sein de la Curie Diocésaine. 

En publiant officiellement le décret épiscopal n°0044/ARC/2019, en date du 05 octobre 2019,  la liste des 115 prêtres qui présideront, durant l’année pastorale 2019-2020, aux destinées des 37 paroisses (Aumônerie Berthe et Jean d’Essassa, désormais érigée en Paroisse) et 4 quasi-paroisses (mini-paroisses) qui constituent l’Archidiocèse. L’ordinaire de lieux et Archevêque métropolitain de Libreville, Mgr Basile Mvé Engone, aurait priorisé la géopolitique, voire ethnique dans la répartition des charges ecclésiastiques au sein de sa curie diocésaine. Sur les cinq diocèses que compte l’Eglise Catholique du Gabon (Libreville, Port-Gentil, Franceville, Mouila, Oyem) et le Vicariat de Makokou,  l’Archidiocèse de Libreville (Estuaire et Moyen-Ogooué)  est la plus importante  sur le plan géographique et démographique. Sa gestion revient majoritairement aux prêtres Diocèsains locaux, soit 78%, contre 22%, aux prêtres missionnaires représentés par la Congrégation des Pères Spiritains qui sont les bâtisseurs de l’Eglise du Gabon, grâce au Père Jean Remy Bessieux.

En dehors de l’Archevêque de Libreville, Mgr Basile Mvé Engone, d’origine ethnique Fang du Nord du Gabon et de la congrégation Salésienne, dont le père fondateur est Don Bosco (ami des jeunes), son adjoint du groupe ethnique ‘’Omyèné’’, 2ème groupe le plus important, après les ‘’Fang’’ dans la province de l’Estuaire et n’appartenant à aucune congrégation, Alexis Owanwiri Rozoguet, a été élevé au rang de Vicaire Général Chargé du Patrimoine. Et ses trois Adjoints : Mgr Jean Clair Patrick Nguema Edou, d’ethnie Fang du Nord du Gabon et de la Congrégation des Spiritains, dont les co-fondateurs sont Libermann et François Pouillard, sera chargé de la pastorale des Doyennés de Libreville ; Mgr Dieudonné Mouloungui Moussavou, d’ethnie ‘’Punu’’ du Sud du Gabon, sera,  quant à lui,  chargé de la pastorale de l’Ogooué, des Lacs et de la Route ; le  Sénégalais et spiritain, Mgr Benoit Dieme, s’occupera des jeunes prêtres et des Séminaristes.

En revanche aucun prêtre ne fait partie du cabinet de l’Archevêque de Libreville. Les quatre postes de la Chancellerie à forte domination ‘’Fang’’ sont revenus aux ‘’Abbés’’ (n’exerçant que dans leur pays d’origine sacerdotale)  et non aux ‘’Pères’’ (missionnaires et pouvant évoluer partout dans le monde) : Abbés Frédéric Ntoutoume, Stany Vengue Mikolo, Tiburce Edzidzie et Amédé Akono Minlame.

Toutefois, en dehors des Spiritains, on aurait bien voulu voir une meilleure représentativité des principales congrégations présentes au Gabon, dans le nouveau bureau de la Curie diocésaine, les Capucins, les Trinitaires, les Piaristes, ou les Jésuites, pour ne citer que ceux-là. Peut-être que le futur Archevêque de Libreville, qui sera connu dans un proche avenir, viendra  réparer cette forme d’injustice qui ne dit pas son nom.

                                                           NO 

PARTAGER