Accueil Société Coin santé : les origines des  AVC

Coin santé : les origines des  AVC

PARTAGER
©DR

Les AVC, Accidents Vasculaires Cérébraux, le bourreau de la population. Devenus un véritable fléau social, ils n’épargnent personne : les personnes âgées comme les tout petits peuvent en être victimes. Au regard de son caractère avilissant, il convient de connaître ses moyens de prévention qui passent aussi par une bonne hygiène de vie.

Certains ont aujourd’hui une canne ou une béquille pour les aider à marcher, un bras qui bouge sans cesse et un cou raide et visage déformé. Là, sont énumérées quelques conséquences   des AVC, Accidents Vasculaires Cérébraux qui sont la première cause de consultation et d’hospitalisation dans le service  neurologie des hôpitaux au Gabon. Il y’a peu de temps encore, l’on ne  parlait juste que de crise cardiaque ; appellation qui en réalité, était loin de traduire la réalité au regard des dégâts considérables provoqués par cette maladie. Parmi ces derniers, « la paralysie partielle ou totale ; les troubles de langage  et de la vision, si la victime n’est pas arrachée par la mort ».

 C’est d’ailleurs compte tenu du caractère dangereux des AVC qu’une journée lui a été dédiée par la communauté internationale au mois  d’octobre. Les accidents vasculaires cérébraux sont généralement causés par « le stress ; une hypertension artérielle mal suivie ; la consommation excessive de tabac ; une mauvaise alimentation ; des aliments riches en matières grasses donc un taux de cholestérol élevé dans l’organisme;  des aliments trop salés ou trop sucrés et la sédentarité ».

Les spécialistes de la santé mettent un accent particulier sur la présence du cholestérol qui selon eux est « le graisse qui obstrue les vaisseaux sanguins entravant ainsi la bonne circulation du sang ». Décliné sous deux formes à savoir le HDS et le LDS, le cholestérol  devient pathologique lorsqu’il va au-delà de 1,5 gramme par litre de sang. C’est sa présence à un taux élevé qui provoque les palpitations et les essoufflements pour ne citer que symptômes.

Cette maladie ravageuse est une tueuse redoutable et la simple évocation de ce vocable fait frémir plus d’un. Il convient donc de toujours contrôler son taux de cholestérol mais aussi  signaler qu’une rapide  prise en charge du patient réduira de manière considérable, les séquelles de l’AVC chez le patient.

J B

PARTAGER