Accueil Société CNSS : La grève de l’inconséquence managériale

CNSS : La grève de l’inconséquence managériale

PARTAGER
Des mouvements de grève à la CNSS/DR.

Malgré sa campagne de communication dans laquelle elle s’affiche en vantant ses  »résultats », la directrice générale de la Caisse nationale de Sécurité sociale ne donne pas l’impression d’avoir convaincu beaucoup de monde dans l’entreprise. La preuve ? Les syndicats contestent ses résultats et ont décidé d’entrer dans un mouvement d’humeur dès le 25 septembre pour une durée illimitée…  »La CNSS n’est pas l’armée », dit une de leurs affiches.

A la CNSS, on parle de  »l’inconséquence » managériale et de la gestion  »hasardeuse » de Nicole Assélé. Et cela commence à devenir une coutume pour l’intéressée. En effet, partout où passe le Médecin-Colonel de santé militaire, il y a toujours non pas des applaudissements, mais des grincements de dents, des mouvements d’humeur, des contestations tous azimuths. Comme s’il y avait à chaque étape un problème de management des hommes…

En fait, que disons-nous, il y a incontestablement un problème en ce qui concerne la gestion des ressources humaines, et cela a de quoi surprendre, car avant d’être militaire, Nicole Assélé est médecin et sportive, donc une humaniste. Alors, pourquoi ça coince ? Pourquoi ça coince partout où elle est appelée à diriger des hommes et des femmes ? Pourquoi a-t-elle toujours besoin de démontrer sa toute-puissance ? Pourquoi se croit-elle toujours obligée de se prévaloir d’être  »la sœur du président » ? Pourquoi menace-t-elle de licencier les syndicalistes ? Qu’a donc fait Jean-Richard Ndi Bekoung, le chef syndicaliste de la CNSS pour qu’elle veuille l’expulser de son travail ?

Pour ramener la sérénité à la CNSS, le DG doit y mettre du sien. Sinon,…

Avant elle, aucun de ses prédécesseurs n’a licencié les syndicalistes. Mais comme sa voisine, la directrice générale du Conseil Gabonais des Chargeurs (CGC), la patronne de la CNSS trouve que le meilleur moyen d’instaurer le dialogue social dans l’entreprise, c’est de licencier ?

Ce ne sont bien sur que des questions. A bientôt 56 ans, et avec l’expérience qui est la sienne (directeur d’administration centrale, président d’une fédération sportive, SGA, puis secrétaire générale de ministère, ministre déléguée, puis ministre, même si son expérience gouvernementale a tourné court), Nicole Assélé gagnerait à être plus  »coopérative », à faire preuve de plus d’écoute et d’humilité, et à avoir une capacité de compréhension. Sinon, elle donnera toujours le sentiment de vouloir mettre le feu là où elle pose ses pénates.

La CNSS a besoin d’un peu de sérénité, et cette sérénité ne peut venir que de la main tendue de son directeur général à ses employés. En tout cas, pour parler en bon français, c’est tout le mal que nous lui souhaitons…

PARTAGER