Accueil Société Circonscription scolaire de Libreville centre/ Des inspecteurs superviseurs transformés en techniciens de...

Circonscription scolaire de Libreville centre/ Des inspecteurs superviseurs transformés en techniciens de surface ?

PARTAGER
L'enceinte de la circonscription scolaire de Libreville-Centre/©DR.

 Les inspecteurs superviseurs de la circonscription scolaire de Libreville – centre située à proximité de l’Ecole publique Martine Oulabou, à l’Avenue jean Paul II, ont été contraints de nettoyer leur nouveau bureau, sous l’œil bien vigilant du chef de cette unité administrative, Moussavou Moussavou, qui semblait trouver un réel plaisir à ce spectacle. C’était le lundi 29 octobre 2018. « Nous sommes tous des inspecteurs, mais moi je suis nommé ». Ne cesse de marteler le Chef de circonscription à ses collègues et collaborateurs.

C’est donc au nom de cette nomination que le chef de circo, comme on l’appelle a décidé de les affecter à l’Ecole publique de Mont-Bouët II, pour qu’ils s’y installent. Se substituant ainsi à la direction générale des ressources humaines du ministère qui affecte le personnel d’encadrement dans les circonscriptions. C’était donc un lundi d’octobre pas très rose les inspecteurs de la circo Libreville-centre.  « Quel mépris pour les gens, en quoi le dérange-t-on ? » s’indigne cette ancienne directrice d’école qui a fait ses classes dans le métier.

Juste une réponse négative des inspecteurs à la décision de leur responsable hiérarchique. Contacté depuis longtemps par notre rédaction sur l’ambiance dans l’entité qu’il dirige, le chef de circo n’a pas daigné répondre. Or, des informations qui nous parviennent, l’homme gère la circonscription comme son entreprise. Il s’est montré maître dans l’art de la gestion par le numérique. Les collaborateurs sont informés par whatsapp, histoire de coller à la mode. Il ne cache pas ses soutiens du côté de la primature où il est régulièrement aperçu. Autre chose, il n’est un secret pour personne que le bureau du chef de circo est transformé en une Cnamgs (Troquet). Dans les couloirs de la primature, les originaires d’Eppasendjé affirment voir le chef de circonscription venir y passer de longs moments.

La question demeure : au nom de quoi des inspecteurs doivent-ils nettoyer les bureaux, alors que la circonscription est entretenue par Gabon propre services qui est en contrat avec le ministère de l’éducation nationale ?

 Cristobal Dienguesse

PARTAGER