CGLC : « la sanction devait s’appliquer à l’ensemble...

CGLC : « la sanction devait s’appliquer à l’ensemble des acteurs du journal télévisé ».

96
0
PARTAGER
Les Officiels lors des travaux/pyramidmediagabon.

Suite à la suspension de la journaliste de Gabon télévision ayant commis une bourde au journal télévision de 23h, le 8 juin dernier, le Conseil Gabonais de la Liberté de la Communication s’est prononcé, en dénonçant une injustice.

« La sanction est juste, mais seule la journaliste ne devait pas être sanctionnée, cette sanction devait s’élargir à l’ensemble des acteurs ayant participé à la réalisation du journal », a déclaré le Pr Anaclet Ndong  Ngoua, président du Conseil Gabonais de la Liberté de la Communication(CGLC), avant de rétorquer  que : «  le journal est une affaire de tous ». En effet, cette réaction du président du CGLC, fait suite à la suspension de la journaliste de Gabon télévision, qui, le 7 juin dernier  avait commis une bourde  concernant l’anniversaire du décès d’Omar Bongo.

Cette affaire, rappelons le, avait crée l’émoi sur les réseaux sociaux, conséquence:   les internautes s’en étaient  donné à cœur joie en dénonçant une injustice de la part du directeur de cette chaîne qui s’était précipité  à faire une communication en plein journal tv de 13h, pour annoncer la suspension de la journaliste.  D’aucuns pensent que le directeur  de Gabon télévision aurait dû   faire preuve d’indulgence en tenant  compte de sa maturé à la présentation  du journal télévisé  et aussi des bourdes qui sont légions dans la présentation  du journal télévision à Gabon Télévision.

Pour rappel, le Conseil Gabonais de la liberté de la Communication, se définit comme un nouvel organe d’autorégulation des médias, qui entend, entre autres, défendre les droits des journalistes gabonais.

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE