Accueil Société CESE/Ouverture de la première session Ordinaire: Cap sur le futur

CESE/Ouverture de la première session Ordinaire: Cap sur le futur

PARTAGER
Le président du CESE lors de l'ouverture des travaux/pyramidmediagabon.

La première session ordinaire de cette année du Conseil économique et social (CES), a donné lieu au président de cette institution, de pouvoir recentrer les missions du CES, et de  confirmer la place capitale de cette structure dans la gouvernance.

A l’occasion de l’ouverture de la première session Ordinaire du Conseil Economique et Social (CES) ce 20 février, René Ndemezo’Obiang, le président de cette institution, a tenu dans son allocution d’ouverture, non seulement de recentrer les missions du CES, mais aussi  la place importante de celle-ci. « Les plus hautes autorités du pays inspirées par les recommandations du dialogue politique d’Angondjé du mois de mai 2017, viennent d’opter de faire de notre Institution, une Chambre du futur qui incarne réellement le mouvement de la Société, orientée désormais vers un développement durable. Notre institution s’est ainsi muée en Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Cette grande innovation salutaire implique un renforcement des capacités en vue d’un dialogue constructif assorti des avis pertinents suivis d’effets »a-t-il déclaré.

Le président du CES a néanmoins reconnu que l’ouverture de cette session, se tient à un moment où notre pays oppose une résilience remarquable à une crise économique et sociale profonde, dans un environnement international de plus en plus insécurisant.« L’activité économique nationale s’est considérablement ralentie, renforçant ainsi la persistance du taux de chômage à des niveaux élevés. Malheureusement, ce niveau élevé est particulièrement observé chez les jeunes. Aussi, il apparait que la mondialisation s’accompagne malheureusement de l’insécurité. Une insécurité qui hypothèque considérablement l’avenir de l’être humain dans la mesure où, elle fragilise non seulement son Etre, mais également son environnement »a-t-il indiqué.

Une situation qui selon toute vraisemblance, interpelle le CESE dont la mission principale est de donner aux gouvernants, des avis techniques sur les aspects socioéconomiques et environnementaux du pays. De proposer des avis pertinents en matière de politique environnementale et de politique de sécurité.

L’ouverture de cette première session ordinaire a ainsi donné l’occasion au président René Ndemezo’Obiang, d’inviter les conseillers économiques, sociaux et environnementaux à se pencher sur deux sujets d’intérêt certain, s’inscrivant dans le cadre des réflexions et sur le développement durable du Gabon dans un contexte d’insécurité internationale.« Tout d’abord, nous avons jugés utile d’examiner les liens entre l’employabilité des jeunes et la stabilité économique et sociale du Gabon. Ainsi, nous recherchons les voies et les moyens susceptibles d’engendrer une dynamique de création d’emploi de jeunes, en vue d’assurer à notre pays, une stabilité à la fois économique et sociale durable. Ensuite, tout semble indiquer que la question du développement durable est un enjeu crucial pour l’avenir du Gabon. Aussi, nous parait-il important de se préoccuper de l’incidence de l’insécurité et de celle de la dégradation de l’environnement sur ce processus de développement durable » a-t-il rappelé.

Une tâche qui s’annonce ardue. Pour ce faire, le président du CESE appelle à l’audace et à l’esprit créatif des conseillers, afin quel e CESE puisse contribuer pleinement à cette « exaltante mission ».

Daisy Ntongono

PARTAGER