Accueil Société Barreau : Me Lubin Ntoutoume « nous allons défendre le droit jusqu’au...

Barreau : Me Lubin Ntoutoume « nous allons défendre le droit jusqu’au bout »

PARTAGER
Lubin Ntoutoume, lors de sa déclaration/crédit photo gabonreview.

Un jour après l’annonce de l’annulation de de son élection comme bâtonnier par le conseil d’Etat, Me Lubin Ntoutoume ne compte pas se laisser faire. Il a annoncé au cours d’une déclaration introduire des recours, afin d’annuler, à son tour, cette décision du conseil d’Etat.

Elu, puis confortablement bien installé sur son fauteuil de Bâtonnier, Me Lubin Ntoutoume, n’a pas mis longtemps à jouir de son élection qu’une nouvelle annonçant son annulation, par le conseil d’Etat, est venue mettre en mal le bâtonnier. Mais, il ne compte pas se laisser, a-t-il fait entendre lors d’une rencontre avec la presse hier à la maison de l’avocat. «Nous allons défendre le droit jusqu’au bout »

En effet, c’est suite à un recours en annulation de cette élection introduit par l’ancien bâtonnier, Jean Pierre Akumbu M’Olouna et Me Gilbert Eranga que le conseil d’Etat a décidé d’annuler cette élection qui était pourtant applaudie des deux mains par l’opinion.

 Pour Me Lubin Ntoutoume va donc aller en guerre contre cette décision est simplement une question d’indépendance que devrait jouir la justice. «C’est la justice de notre pays qui est mise à mal par cette décision»,.

Il faut dire que l’équipe actuelle de l’ordre des avocats, qui a été également dissoute suite à cette annulation, va aussi aller à l’encontre de cette décision, car ne pas contredire le conseil d’Etat, serait pour le bâtonnier être complice.

Aussi, Me Ntoutoume a laissé entendre qu’ «il n’est pas compétent à connaître du contentieux électoral de (leur) ordre professionnel». « Différence entre la compétence exclusive du 1er président du Conseil d’Etat sur les questions de référés ou les constats d’urgence, et la compétence réservée au Conseil d’Etat sur les élections des ordres professionnels».

S’agissant des procédures violées, selon Me Lubin Ntoutoume, «Nous pensons qu’il y a eu violation flagrante du procédé contradictoire. D’autant que mes avocats avaient bel et bien évoqué les dispositions de l’article 114 alinéa 2 du Code de procédure civile, qui est applicable en la matière, pour rappeler que l’exception soulevée, notamment la question de déclinatoire de compétence, en aucune façon, ne pouvait être jointe au fond. La loi exige que la juridiction saisie se prononce d’abord sur cette décision de compétence et nous invite à discuter des éléments de fond du recours. Ce qui n’a pas été fait», précise-t-il.

Pour l’heure, une compagne de mécontentement des avocats à cette décision du conseil d’Etat est prévue, en plus des recours qui seront introduits.

Autant dire que c’est un bras de fer qui est engagé.

PARTAGER