Arrestation d’un délégué syndical : la Conasysed dénonce

Arrestation d’un délégué syndical : la Conasysed dénonce

906
0
PARTAGER
Simon Ndong Edzo, lors de la déclaration/DR.
Simon Ndong Edzo, lors de la déclaration/DR.

Face aux violations permanentes des droits des travailleurs, des libertés et droits syndicaux et l’acharnement contre les leaders syndicaux au Gabon, la Conasysed entend prendre les mesures qui s’imposent, pour que l’incarcération abusive récente, de leur camarade, ne reste pas sans suite.

C’est le 19 mai dernier, au siège de la formation syndicale Dynamique Unique, que la Conasysed, a fait une déclaration dans le but de dénoncer l’incarcération arbitraire survenue le jeudi 18 mai dernier, dans la province de la Nyanga, de leur camarade Cyprien Moungouli, délégué provincial de la Conasysed.

Selon leur porte-parole, Simon NDONG EDZO, ce dernier serait détenu en garde à vue à la police Judiciaire de Tchibanga, au motif qu’il aurait « Commis un outrage à Magistrat ». La belle affaire. Son crime, en effet, aurait été de vouloir s’enquérir de « l’évolution de la plainte déposée au tribunal de première instance de Tchibanga, contre un pseudo Comité de Sages qui avaient menacé de mort les membres dudit Bureau provincial, le 16 mars 2016, pour fait de grève dans le secteur de l’éducation », a précisé Simon Ndong Edzo.

Selon nos informations, le substitut du Procureur n’a pas apprécié la démarche du délégué provincial de la CONASYSED, qui aurait saisi, par correspondance, le tribunal de Tchibanga, pour connaitre l’évolution de ladite plaine. Il aurait qualifié cet acte « d’outrage à magistrat » et aurait demandé que ce dernier soit mis en garde à vue.

«Cette décision des plus farfelues de priver une personne de sa liberté pour un motif aussi ridicule, est tout simplement inadmissible », dénonce un syndicat. Au vu de cette garde à vue, jugée par les syndicalistes d’arbitraire, et en totale violation de l’article 46 de la Recommandation O.I.T/UNESCO sur la condition de la personne de l’enseignant, des conventions de l’organisation internationale du travail (O.I.T) n°87.98.135.158, de l’article 9 de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme, et de l’article 10 de la même Déclaration Universelle, pour ne citer que ceux là, la Conasysed « dénonce et condamne cette énième garde à vue arbitraire de son délégué provincial CONASYSED de la NYANGA, et exige sans délai et sans condition sa relaxe pure et simple. Dans le cas contraire, la CONASYSED se réserve le droit d’entreprendre des actions légales fortes sur le terrain », a fait savoir Simon NDONG EDZO.

Daisy Ntongono

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE