Arrestation du Dr Sylvie Mbot Où les turpitudes d’un pouvoir aux abois

Arrestation du Dr Sylvie Mbot Où les turpitudes d’un pouvoir aux abois

154
0
PARTAGER
Dr Sylvie Nkoghe Mbot

C’est précisément le jeudi 6 octobre, aux environs de 19 heures que le docteur Sylvie Nkoghe-Mbot a été arrêtée par des inconnus cagoulés. Sa famille ayant constaté sa disparition, a aussitôt alerté les membres de la dynamique unitaire. Selon des informations recueillies, elle se retrouverait au B2.

« Alors que nous n’avons pas terminés de pleurer nos morts tombés le 31 août dernier, on nous a annonce un énième kidnapping, en la personne du docteur Sylvie Mbot, pour des raisons que nous ignorons », constate M. Pendy, membre de la dynamique unitaire. Cette nouvelle arrestation vient davantage creuser le fossé, déjà abyssal, entre syndicalistes et l’actuel pouvoir. Car il faut souligner que d’autres acteurs syndicaux croupissent toujours dans les geôles du pouvoir : Roger Ondo Abessolo, Cyrlain Koumba, Mba Essiane, entre autres. Un climat qui ne permet pas, selon le syndicaliste, la participation à un quelconque dialogue. « Il n’est pas possible pour nous d’aller à un dialogue quelconque dans un contexte socio politique entaché de psychose. Comment aller à son travail le matin quand on n’est pas sûr de rejoindre son domicile le soir ? Comment les parents peuvent-ils envoyer leurs enfants à l’école sans être certains de les revoir ? », s’interroge le membre de Dynamique unitaire.  

Des interrogations qui laissent supposer que la prochaine rentrée des classes, pour ce qui est du secteur éducatif, connaitra, à coup sûr, des couacs, si d’aventure les conditions posées – mise en liberté des syndicalistes détenus, paiement des différentes primes, etc. – ne sont pas satisfaites.

Ali Bongo, Billie By Nze et les autres émergents continueront-ils à jouer les arrogants, comme ce fut le cas au septennat passé, au risque de continuer à sacrifier l’avenir des milliers de Gabonais – surtout après la dernière déculottée à la présidentielle ?

Nalette Beverly Obono

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE